Cahuzac vient de tirer la carte « vous êtes libéré de prison »

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Enfoiré, ordure, le pauvre Cahuzac, alors qu’il vient de tirer la carte « vous êtes libéré de prison », est l’objet de quelques noms d’oiseaux tous aussi aimables les uns que les autres.

Est-ce que Cahuzac s’est mal tenu?
Oui.
Est-ce que Cahuzac a eu un comportement indigne aggravé par son poste et ses responsabilités de ministres?
Oui.
Est-ce que Cahuzac a fauté?
Oui, oui et évidemment oui.

Est-ce que la faute commise par Cahuzac mérite la pendaison en place publique suivie de la décapitation, puis de la dispersion des cendres après avoir brulé sa dépouille?

Sans doute pas!!

Sans doute pas parce que nous parlons ici de fraude fiscale.

La fraude fiscale c’est pas bien du tout.

Vraiment pas bien.

Mais comme on dit, s’il y a des paradis fiscaux c’est parce qu’il existe aussi des enfers fiscaux.

La fraude fiscale ce n’est donc vraiment pas bien, mais personne ne me fera jamais dire que tenter d’échapper à l’impôt c’est du terrorisme fiscal.

Tout est phobie ou terrorisme !

De nos jours, tout est réduit à une phobie ou à du terrorisme pour euthanasier pensée et débat.

Le fait de voir Cahuzac purger une peine sous bracelet électronique n’est pas franchement horrible. Il n’y a pas qu’en physique quantique que les choses sont relatives, en criminalité aussi bien évidemment, et les peines doivent avoir un sens, et le sens de la peine ce n’est pas de jeter un homme en pâture.

Aujourd’hui on ne veut plus parler de fraude fiscale, de triche ou de gruge, non, on parle de « terrorisme fiscal » de « blanchiment de fraude fiscale »…

Moui…. permettez-moi de rester sceptique!

Je suis le premier à dénoncer la pression fiscale délirante qui pèse sur les Français, et cette pression fiscale délirante pour être supportée doit s’accompagner d’une terrible répression de ceux qui essaient de s’en abstraire.

Il en va de la solvabilité de l’Etat.

Lever l’impôt est la seule chose que notre État sache encore faire.

Pour tout le reste notre Etat est lamentable.

Lamentable pour assurer l’ordre public et la sécurité du quotidien.
Lamentable sur la lutte contre le trafic de drogue et toutes les délinquances.
Lamentable dans l’éducation nationale.
Lamentable dans les délais pour obtenir des décisions de justice tellement les moyens manquent.
Lamentable dans les infrastructures qui se dégradent partout dans notre pays.

Bref, c’est un bilan globalement très… négatif, le tout avec une dette qui augmente chaque année, un déficit qui ne baisse pas franchement et des impôts qui montent, qui montent, et des sous qui rentreront par la force!

L’éthique et la morale

Je place l’éthique et la morale à un très haut niveau.

Cahuzac n’est pas excusable comme Ministre. Ceux qui l’ont suivi ne se comportent pas forcément tellement mieux et vous en apprendrez des vertes et des pas mûres dans les prochains mois.

Peut-on diriger quand on planque son compte en Suisse, sans payer ses impôts et en faisant payer les autres, évidemment non!

Doit-on être fusillé? Non plus.

Ce qu’il manque c’est de la pondération.

La pondération dans l’impôt, la pondération dans la répression (y compris des Gilets Jaunes), et si l’on considère qu’un homme peut se racheter et j’entends ce discours tenu de la part de certains sur les djihadistes français de Syrie à qui il faudrait permettre de revenir car certains pourraient devenir des hommes biens et il faut leur laisser une chance (Edgard Morin ici), alors, permettez moi de réclamer sans hésiter la clémence pour Cahuzac qui n’a fait que massacrer quelques milliers d’euros au détriment d’un État fort dispendieux et dont on devrait tous se pencher sur l’inexcusable gabegie de fonds publics.

Pour le reste, laissons à Cahuzac, qui a perdu beaucoup et pour qui la « mort » sociale dont il a été la victime est très certainement la punition naturelle la plus efficace, la possibilité de se reconstruire et de mener une vie digne et nettement plus simple.

Il faut revendiquer la justice de Cahuzac pour tous !

Pour le reste, revendiquons pour tous les simples justiciables qui n’ont pas les moyens de se faire défendre par un ténor du barreau, la même politique pénale et cela commence évidemment par un traitement équitable des milliers de gilets jaunes qui doivent supporter des peines et des sanctions bien souvent totalement disproportionnées par rapport aussi bien aux antécédents de beaucoup que de la réalité des faits reprochés, qui est loin d’être prouvée.

Ce n’est pas le traitement de Cahuzac qui est un problème, c’est celui réservé à la multitude des autres justiciables et de tous les sans-grades. Là réside le vrai sujet.

Enfin, pondération, simplicité et sobriété, des qualités à cultiver pour permettre l’éthique et la morale que l’on demande pour les impôts mais que l’on rejette sur tout le reste par « progressisme » crétin en proclamant que tout se vaut, que tout est égal, que tout est pareil…

En France en 2019, il faut vomir la morale sur tout sauf sur les impôts!

En France en 2019, il faut vomir le patriotisme sauf pour les impôts!

Le « cas huzac », n’est pas le pire que notre société enfante, il s’agit-là de faiblesses humaines et personnelles bien classiques, effroyablement banales.

Le pire, c’est tout le reste.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.