Cambriolages : la police peut patrouiller autour de votre domicile en cas d'absence

382 000
382 000 cambriolages ont été recensés en France en 2015.

L’an dernier, l’Observatoire nationale de la délinquance et de la réponse pénale a recensé 382 000 cambriolages en France en 2015, 18 % de plus qu’en 2011. Soit un toutes les 90 secondes ! Pour éviter de vous retrouver dans cette terrible situation, la police lance « l'Opération tranquillité vacances ». De quoi s'agit-il ? 

La police patrouille près de chez vous

Pour lézarder au bord de la piscine, sans avoir à vous inquiéter de la sécurité de vos biens, la police et la gendarmerie ont mis en place un dispositif, baptisé « Opération tranquillité vacances ».

Il vous suffit de signaler aux forces de l’ordre la date de votre départ. Pendant la durée de votre absence, dans le cadre de leurs patrouilles, des policiers ou des gendarmes surveilleront les abords de votre immeuble ou de votre maison. Ce dispositif est gratuit.

Pour bénéficier du dispositif, il faut en faire la demande plusieurs jours avant la période d’absence (prévoir 2 jours au minimum). Plusieurs possibilités : Sur place, au commissariat ou dans la brigade de gendarmerie. Pour gagner du temps, un formulaire est accessible en ligne ; il est à remplir et à imprimer avant de rendre sur place pour finaliser la demande. Pour les habitants de Paris et de la petite couronne, il est possible de faire la demande en ligne, sans avoir à se déplacer. Rendez-vous sur mon.service-public.fr   et créez un compte pour demander l’OTV. La création d’un compte est gratuite, facile et rapide !

En fait, ce service n'est pas nouveau, loin de là. Depuis 1974, le dispositif Opération tranquillité vacances aide les vacanciers à être plus sereins. Mais son succès est tel que, limité aux mois de juillet et août à l’origine, OTV a été étendu à l’ensemble des vacances scolaires depuis 2009. Aujourd'hui, l'opération est élargie à toute période d'absence prolongée de particuliers indépendamment des vacances scolaires.

Les bénéficiaires de ce service sont assurés d’être prévenus en cas d’anomalie – soit en personne, soit par une personne de confiance résidant à proximité du lieu d’habitation : tentatives d’effractions, effractions, cambriolages. Informés, les victimes et leurs proches restés sur place, sont en mesure d’agir au plus vite pour limiter le préjudice subi : remplacement des serrures, inventaire des objets volés, contacts avec la société d’assurance, etc.

Laissez la télé allumée

Le ministère de l’Intérieur donne par ailleurs plusieurs conseils de prévention des cambriolages, faciles à mettre en œuvre : informez votre entourage de votre départ (famille, ami, voisin, gardien…). Faites suivre votre courrier ou faites-le relever par une personne de confiance : une boîte aux lettres débordant de plis révèle une longue absence. Transférez vos appels sur votre téléphone portable ou une autre ligne. Votre domicile doit paraître habité tout en restant sécurisé. Créez l’illusion d’une présence, à l’aide d’un programmateur pour la lumière, la télévision, la radio… Ne diffusez pas vos dates de vacances sur les réseaux sociaux et veillez à ce que vos enfants fassent de même. Il est déconseillé de publier vos photos de vacances. Toutes ces informations facilitent l’action des cambrioleurs.

Le Sud de la France apparaît particulièrement touché

D’après Verisure, spécialisée dans les alarmes avec télésurveillance, le Sud de la France apparaît particulièrement touché. Les départements les plus touchés par les cambriolages sont les Bouches du Rhône, avec 10 cambriolages pour 1 000 habitants soit bien plus que la moyenne nationale de 6,4 cambriolages par habitant), la Drôme, le Rhône, la Haute-Garonne, l’Hérault et le Vaucluse.  

Parmi les grandes villes les plus touchées, figurent Agde (avec 18,6 cambriolages pour 1 000 habitants !) suivie d’Aix-en-Provence et Deauville, puis viennent Valence, Avignon et Nice. A Paris, le nombre de cambriolages a diminué de 10 % en 2015 par rapport à 2014.

Par ailleurs, les résidences secondaires sont de plus en plus touchées. Le nombre de cambriolages de résidences principales, en hausse constante ces dernières années, a légèrement diminué en 2015. Mais les résidences secondaires sont, elles, devenues une cible de plus en plus prisée ! Avec une hausse record de 41 % des cambriolages dans les maisons secondaires, en un an, enregistrés par la police. 


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.