Les carburants coûtent de plus en plus cher

2,59 CENTIMES €
Le prix de l'essence SP95-E10 a augmenté de 2,59 centimes d'euro le
litre.

Finie l’aubaine des carburants à prix bradés dont les Français n’ont pas pu profiter, car enfermés chez eux. Avec la reprise de l’activité, bien qu’elle reste partielle, les prix des carburants ont repris une tendance haussière qui se confirme, selon les données du ministère de la Transition écologique et Solidaire… avec des hausses de plus de 2 centimes le litre.

Carburants : des hausses de plus de 2 centimes le litre

Les Français qui roulent au gasoil continuent de faire des économies par rapport à leurs concitoyens roulant à l’essence. Pour autant, le prix du carburant le plus vendu en France est en hausse : +1,90 centime d’euro le litre en une semaine selon les données du ministère dévoilées le 25 mai 2020. Un litre de diesel coûte, en moyenne, 1,1768 euro.

Reste que cette hausse est bien moins élevée que celle connue par les trois types d’essence en vente en France. Le Sans-Plomb 95 affiche 1,2684 euro le litre, avec une augmentation de 2,42 centimes. Il reste plus cher que son petit cousin avec 10% d’éthanol, le SP95-E10, qui coûte désormais 1,2486 euro le litre et qui affiche l’augmentation la plus significative, tous carburants confondus : +2,59 centimes d’euro le litre.

Affichant toujours le prix au litre le plus élevé, l’essence SP98 coûte, en France, 1,3224 euro le litre, en hausse de 2,23 centimes d’euro sur une semaine.

Hausse du prix du pétrole et reprise de l’activité

Ces augmentations ne sont pas étonnantes : le prix du baril de pétrole en Bourse a retrouvé des niveaux d’avant confinement affichant 36,19 dollars pour le Brent et 34,34 dollars pour le WTI. Un prix qui est toujours près de 50% inférieur au prix affiché début 2020.

Cette hausse du prix du brut s’ajoute à l’augmentation de la demande, à mesure que les populations sortent du confinement et que l’activité économique reprend, doucement, partout dans le monde. Plus de voitures roulent donc plus d’essence et de gasoil sont consommés… et l’industrie, friande de pétrole, relance la demande sur les marchés.


A découvrir