Carrefour : 2 400 suppressions d'emplois, 2,8 milliards pour le digital

20 %
Carrefour détient 20 % du marché de la distribution en France.

Alexandre Bompard, qui a pris la tête de Carrefour après avoir joué un rôle-clé dans la fusion Fnac-Darty, présente mardi 23 janvier 2018 le plan de relance du distributeur français en crise depuis quelques années. Un plan qui, selon les informations du journal Le Figaro, passe sans surprise par une suppression massive d’emplois. Mais elle serait moins importante que prévu.

2 400 emplois supprimés chez Carrefour ?

L’information n’a pas été commentée par le géant de la distribution et tout devrait être dévoilé le mardi 23 janvier 2018. Mais si les informations du journal Le Figaro sont exactes, Carrefour s’apprêterait à supprimer 2 400 emplois en France, notamment dans les différents sièges du groupes répartis sur le territoire.

Ce plan de suppression d’emplois va probablement entraîner une contestation sociale mais les syndicats pourraient l’accepter assez facilement : ils estimaient possible qu’Alexandre Bompard annonce entre 5 000 et 10 000 suppressions de postes, soit deux à quatre fois plus. Au final le PDG de Carrefour s’en sort bien.

En outre, toujours selon les informations publiées par Le Figaro le 22 janvier 2018, ces suppressions de postes ne seraient que des départs volontaires et donc pas des licenciements. De quoi faire passer un peu mieux la pilule.

Carrefour veut prendre le virage du numérique

Bien évidemment, ces suppressions de postes sont liées à la nouvelle stratégie qu’Alexandre Bompard veut mettre en place pour le distributeur : une stratégie tournée vers le numérique. Le plan « Carrefour 2022 » que le PDG présentera mardi 23 janvier 2018 dans la matinée devrait présenter un plan d’investissement majeur : 2,8 milliards d’euros dans le numérique en 5 ans.

Cette somme, selon les informations du Figaro, est 7 fois supérieure, en rythme annuel, à l’investissement de Carrefour dans ce domaine en 2017. Objectif : faire augmenter la part du e-commerce dans le chiffre d’affaires du groupe notamment par le biais des Drive. Carrefour n’a actuellement que 8 % du marché de la distribution dans le e-commerce alimentaire contre 20 % pour les magasins physiques.

Carrefour se prépare en outre à l’arrivée dans son secteur de nouveaux acteurs : on sait que le géant Amazon, avec son offre Amazon Fresh, a pour ambition de se lancer au niveau mondial même si pour l’instant ce programme de livraison de produits frais n’est disponible que dans certaines grandes villes des Etats-Unis dont Seattle où se trouve son QG et qui est le terrain d’expérimentation préféré du groupe.


A découvrir