Carrefour va embaucher 15.000 jeunes en 2021

50 %
En 2021, Carrefour va réaliser 50 % d'embauches supplémentaires par
rapport à 2020.

Pour les jeunes qui arrivent sur le marché du travail, la situation est particulièrement compliquée. La crise sanitaire a provoqué ce qu'Alexandre Bompard qualifie de « génération Covid ». Le patron de Carrefour a cependant une solution.

Alexandre Bompard, le PDG de Carrefour, a endossé les habits du Père Noël durant son interview à RTL. Le grand patron veut en effet s'engager en faveur de l'emploi des jeunes, des jeunes dont les perspectives d'emploi se sont singulièrement obscurcies en raison de la crise sanitaire. La pandémie a poussé de nombreuses entreprises au bord de la faillite et pour elles, l'embauche des jeunes n'est peut-être pas la première des priorités. Mais pas pour Carrefour, qui s'en sort plutôt bien au vu des circonstances. « Nous embaucherons l'an prochain, en 2021, 15.000 jeunes, en leur proposant soit des CDI, soit des contrats d'alternance », a-t-il annoncé. Cela représente 50% d'embauches supplémentaires par rapport à 2020 pour le premier employeur privé de France.

CDI ou contrats d'alternance

« Il y a un peu plus de 20% de chômeurs de moins de 25 ans et 750.000 jeunes qui arrivent chaque année sur le marché du travail », a indiqué Alexandre Bompard. Pour donner une petite chance à tous, l'enseigne de grande distribution s'engage donc à embaucher des jeunes et aussi à promouvoir l'égalité des chances. « Je veux que 50% de ces jeunes recrutés proviennent des quartiers défavorisés, en particulier les quartiers de la politique de la ville ». L'entreprise va se rapprocher d'associations de terrain pour proposer « 3.000 stages de 3e pour les quartiers prioritaires ». Enfin, Carrefour va financer une partie du coût du permis auto aux alternants, à hauteur de 500 euros.

Ascenseur social

Alexandre Bompard fait miroiter une véritable évolution de carrière au sein du groupe. Pour lui, l'égalité des chances n'est pas uniquement « je rentre dans l'entreprise », mais « je progresse dans l'entreprise ». L'enseigne est « un des derniers secteurs d'ascenseur social » où « vous pouvez commencer sur le terrain et finir directeur de magasin en dirigeant 500 personnes et en gérant plus de 100 millions d'euros », assure-t-il. Alors que le chômage ne va pas se réduire de si tôt, cette annonce a au moins de quoi redonner de l'espoir à de nombreux jeunes qui se demandent de quoi leur avenir sera fait.


A découvrir