Carte bancaire : le plafond des paiements sans contact augmente

50 €
Le plafond des cartes bancaires sans contact passe de 30 à 50 euros.

Parmi les nombreuses mesures mises en oeuvre pour limiter les contacts physiques, et donc, réduire les risques de contamination, les banques ont accepté d’augmenter le plafond des paiements sans contact avec cartes bancaires.  

Le plafond relevé à 50 euros

Fixé à 20 euros au lancement du service voici quelques années, puis, à 30, l’an dernier, il est passé depuis hier à 50 euros par transaction. L’avantage majeur de cette technologie, c’est qu’il suffit d’approcher sa carte bancaire du terminal de paiement pour s’acquitter de ce que l’on doit. Mais attention : pour pouvoir dépasser le plafond actuel, il est possible que votre carte bancaire ait besoin d’une petite mise à jour.

Pour le savoir, c’est très simple : si vous essayez de dépenser plus de 30 euros chez un commerçant, de payer sans contact, et que cela ne marche pas, il faudra passer par un distributeur de billets de votre réseau bancaire. Le simple fait de consulter votre compte, ou de tirer de l’argent, même 20 euros, devrait suffire à faire la mise à jour de la puce de votre carte bancaire.

Payer avec son smartphone

Par ailleurs, si vous n’avez pas encore essayé le paiement sans contact avec votre smartphone, c’est peut-être le moment de vous y mettre. Apple Pay, Google Pay, Samsung Pay sont très simples à activer et ne coûtent pas un centime.

Et grâce à eux, le plafond du paiement sans contact n’est plus de 30 ou 50 euros, mais de 300 euros, voire beaucoup plus pour Apple Pay, associé à la reconnaissance faciale. Seul souci : avec un masque, Face Id ne fonctionne plus : il faut alors, soit enlever son masque quelques instants, soit taper son code secret sur l’écran de son téléphone.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).