Toi aussi deviens président du Centre Pompidou !

3,5 millions
Le Centre Pompidou accueille chaque année environ 3,5 millions de
visiteurs.

Mercredi en Conseil des ministres, Serge Lasvignes a été nommé président du Centre Pompidou. L'actuel secrétaire général du gouvernement, âgé de 61, ans ne possède pourtant strictement aucune expérience dans le domaine de l’art moderne ni même dans celui de la culture. Même pas grave ! Alors toi aussi, si tu cherches du travail, envoie ton CV à François Hollande !

Un emploi aidé sponsorisé par l'Elysée

C’est un "emploi aidé" un peu spécial, avec une recommandation de l’Elysée, alors ça ouvre toutes les portes, même les plus improbables. Pour un obscur jeu de chaises musicales, il fallait exfiltrer l’actuel secrétaire général du gouvernement et, ça tombe bien, le mandat d’Alain Seban arrive à échéance. Ce dernier souhaitait rempiler, les résultats plaidaient pour lui puisque la fréquentation annuelle du musée et des expositions temporaires est passée sous son règne de 2,5 à 3,5 millions de visiteurs, ce qui a permis de compenser une baisse de la subvention publique sans entamer l’activité du Centre ; pas mal.

Le sens de l'Etat

D’autres candidats connaissant le milieu culturel postulaient également (le patron de France Culture ou celui de la Villa Médicis à Rome), mais c’est un amateur, soi-disant, de Stendhal et de Flaubert qui leur passe devant. Cependant cet énarque (promotion Liberté-égalité-fraternité pour moi d’abord, 1989) a "le sens de l’Etat" ce qui, en France, constitue un irremplaçable sésame.

Se rend-on compte de l’image désastreuse que donne la France avec cette nomination incongrue, véritable fait du prince ? "Un obscur fonctionnaire nommé à la tête du Centre Pompidou" annonce le site de référence ArtNet. L’institution créée par Georges Pompidou fait partie, faut-il le rappeler, des grands centres d’art moderne et contemporain dans le monde, elle a un rang à tenir et cela ne s’improvise pas.

La gifle à la méritocratie républicaine

Et quelle gifle pour la méritocratie républicaine dont on nous rebat les oreilles ! Dans un processus d’une complète opacité, un haut fonctionnaire proche de la retraite et d’une incompétence complète dans le domaine se retrouve à présider une institution de stature internationale. S’il possédait le sens de l’Etat et de l’intérêt général, justement, Serge Lasvignes déclinerait cette nomination, mais ne rêvons pas.


A découvrir

Philippe Herlin

Philippe Herlin est économiste, Docteur en économie du Conservatoire National des Arts et Métiers, il a publié plusieurs ouvrages chez Eyrolles et rédige des chroniques hebdomadaires pour Goldbroker.

Il écrit tous les vendredis un article sur l'art et la culture vus à travers l'économie, et intervient ponctuellement sur d'autres sujets.

Son site : philippeherlin.com.