Cette leçon méconnue que nous donne l'évolution des taux sur 10 ans !

2,8 %
En 2019, la Grèce est toujours en surendettement et se fait financer
à 2,8%.

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

C’est dans un tweet que l’économiste néerlandais Jeroen Blokland a fait remarquer perfidement l’évolution des taux d’intérêt des différents pays européens en 10 ans!!!

En 2011-2012, la Grèce empruntait à 33%, et l’Italie presque à 7% !

Aujourd’hui, la Grèce toujours en surendettement se fait financer à 2.8%, l’Italie à 1.85%

L’Allemagne de Merkel se fait prêter par les marchés à taux négatifs.

La France qui vient d’atteindre la barre symbolique des 100% de dettes sur PIB est aussi financée à 10 ans à taux négatifs bien que de façon moins négative que pour l’Allemagne.

Voir l'image sur Twitter Voir l'image sur Twitter jeroen blokland   ?@jsblokland    

Absolute stunning chart!
Bond early 2012: 33% 6.9%
US: 2.19%
Bond yields now: 2.18% 1.85%
US: 2.00%

  47 15:18 - 2 juil. 2019   44 personnes parlent à ce sujet   Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité    

Pourquoi une telle descente aux enfers pour les taux ?

Simple.

Ce sont les banques centrales qui achètent autant de dettes que les Etats en émettent ou que les Etats doivent en refinancer !!

Il est d’usage de dire que lorsque les taux courts sont plus élevés que les taux longs il y a inversion dans la courbe des taux et que cela indique un risque important de récession !

Je pense que ce n’est pas du tout la cause de l’inversion de la courbe des taux.

Ce qui se passe sur les taux n’a rien à voir avec l’économie réelle, mais avec l’économie administrée que les banques centrales ont malgré elles mise en place. J’en avais parlé longuement dans cet édito que je vous invite à lire ou à relire pour bien comprendre ce qu’il se passe actuellement.

Les banques centrales donc achètent massivement les titres de dettes et font ainsi baisser les prix selon la loi de l’offre et de la demande. Ici avec les banques centrales et leurs moyens illimités, il n’y a aucun problème de demande, la demande en dettes d’Etat, en obligations d’Etats est tout aussi illimitée que les moyens de nos banques centrales.

La dette ne vaut donc littéralement plus rien.

Les taux sont à zéro.

Corollaire, ou dégât collatéral, l’épargne ne vaut plus rien non plus parce qu’elle ne rapporte plus rien.

Les banques centrales ruinent donc les épargnants, mais ce n’est pas faute d’expliquer depuis 10 ans, que c’est TOUJOURS les épargnants qui payent les crises, parce que les épargnants sont les seuls à être solvables…

D’où les épargnants qui se ruent sur l’immobilier locatif actuellement comme je vous le raconte dans cette édition.

Que va-t-il se passer ?

Rien.

Enfin, rien pour le moment.

La fin est connue, tout finira dans un feu de joie car la monnaie ne vaudra plus rien puisque l’épargne ne rapporte déjà plus rien.

Vous en êtes à la seconde étape du processus de destruction de votre monnaie.

La première étape et d’en imprimer beaucoup, encore et encore.

La seconde c’est quand épargner ne sert plus à rien car l’argent ne rapporte plus rien. Si l’argent ne rapporte plus rien c’est qu’il n’a plus de valeur parce qu’il y en a trop.

La troisième étape, c’est quand en plus de ne rapporter plus rien, tout le monde comprend que la monnaie ne vaut guère plus que du papier torche-cul !

Dès lors, la monnaie s’effondre. Les détenteurs de monnaie sont ruinés.

Les Etats refont une nouvelle monnaie et recommencent…

L’histoire est déjà écrite, et nous connaissons déjà la fin, mais pas le moment.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.