Chinon et sa forteresse royale défigurés par un parking de cinq étages

12 millions €
Chinon, au bord de la faillite, va dépenser 12 millions d'euros dans
un projet de parking qui défigurerait son château.

Chinon et sa magnifique forteresse (où Jeanne d’Arc a "reconnu" le Roi de France) sont menacés par le bétonnage. Mobilisation !

La folie des grandeurs n’épargne pas les villes moyennes, même si elles sont au bord de la faillite. A Chinon (37), les maires de droite et de gauche se succèdent en dénonçant à chaque fois les dépenses de leurs prédécesseurs, mais une fois au pouvoir ils les confirment ou en engagent de nouvelles ! Comme si les entreprises de BTP avaient plus de poids que les électeurs…

Lancé par l’ancienne majorité, et confirmé par la nouvelle, le projet de "La Brèche" consiste à construire un parking de cinq étages et des logements en plein centre-ville. Un projet stupide qui va défigurer la forteresse royale, le principal atout de la ville, et qui s’avère largement surdimensionné car la cité ne manque ni de logements (au contraire beaucoup sont à vendre), ni de places de parking. Cette zone étant difficilement accessible (seulement par des ruelles), on veut faire converger les voitures vers le centre à l’heure où l’on cherche plutôt libérer la ville de l’emprise automobile ; une aberration. Les deux ans de travaux qui sont prévus vont tuer le peu de commerces qui subsistent.

Chinon, une ville de 8.000 habitants, est au bord de la faillite à cause d’un emprunt toxique, mais elle prévoit de dépenser 12 millions d’euros dans ce projet ! Au fou ! L’addiction à la dépense publique, il faudrait même plutôt parler de névrose, ne manque pas d’étonner : au bord du gouffre, dépensons encore ! Chinon est vraiment représentatif de la France dans ce domaine…

Heureusement des Chinonais et des amoureux de son patrimoine se mobilisent contre ce bétonnage du centre-ville : une pétition et une page Facebook existent. Le combat contre ce projet destructeur doit devenir une cause nationale.

 


Philippe Herlin

Philippe Herlin est économiste, Docteur en économie du Conservatoire National des Arts et Métiers, il a publié plusieurs ouvrages chez Eyrolles et rédige des chroniques hebdomadaires pour Goldbroker.

Il écrit tous les vendredis un article sur l'art et la culture vus à travers l'économie, et intervient ponctuellement sur d'autres sujets.

Son site : philippeherlin.com