Chèques essence, une ineptie de plus

20 EUROS
L'aide, d'un montant unique de 20 euros par mois, est versée
directement sur le compte bancaire des bénéficiaires.

Une annonce faite par un député Les Républicains qui risque bien de conforter le gouvernement dans son accélération des augmentations de taxes. Le chèque essence serait une bêtise politique et économique, voyons pourquoi.

Un chèque essence créerait trop de différences

Guillaume Peltier, après Laurent Wauquiez, explique que le chèque essence serait comme le chèque restaurant, n’oublions pas que le chèque restaurant est payé à moitié par l’employeur et à moitié par le salarié.

Créer un chèque essence ce serait entériner les augmentations de taxes et donner raison à Macron, ce serait faire payer cette augmentation aux entreprises. Sans compter que cette mesure ne porterait seulement que sur certains salariés, mesure donc très discriminatoire.

Reprenons les choses par le début : le chèque restaurant est réservé aux salariés n’ayant pas de cantine ni de restaurant d’entreprise. Il est payé par l’employeur qui évite avec ce système les coûts d’une cantine ou d’un restaurant. La moitié de la valeur faciale du chèque est payée par le salarié, ces chèques ne sont utilisables que les jours ouvrables et exclusivement pour acheter de la nourriture. De plus ce système très surveillé n’a aucun caractère d’obligation, beaucoup d’entreprises ne l'utilisent pas.

Un chèque essence (qui a déjà existé d’ailleurs mais disparu tant il était peu utilisé) serait faire croire que le carburant est moins cher pour ceux qui en bénéficient, ce serait faire payer une partie des taxes aux entreprises qui n’ont pas besoin de cela. Ce serait aussi faire des différences entre les salariés, ceux dont l’entreprise accepte et ceux dont l’entreprise ne veut pas entrer dans ce jeu. Ce serait enfin faire des discriminations entre les salariés, les artisans, les commerçants, les nombreux auto-entrepreneurs et bien sur les retraités.

Un parti qui se dit dans l’opposition (mais y est il réellement) n’est pas dans son rôle de chercher des solutions pour adoucir, pour certain privilégiés,  les incohérences du gouvernement qu’ils sont censés combattre, le coût des taxes sur le carburant n’est qu’un aspect du problème. C’est l’ensemble des matraquages sur le pouvoir d’achat qui est en cause, les républicains  serait bien inspiré de prendre les choses dans ce sens.

Cette proposition de loi  chèque essence à pour l’instant été rejetée chez les républicains, ce qui montre entre autre leurs nombreuses divergences, mais ceux qui en sont porteur ne veulent rien lâcher.

Il est quand même singulier, dans notre pays, que les partis politiques depuis plus de 40 ans n’aient jamais d’autres solutions à proposer que de petits replâtrages partiels et ponctuels. Des pseudo-solutions pour masquer ce qui fait problème à savoir les impôts et les taxes. Les républicains n’ayant pas plus de solutions que les socialistes dans ce domaine, leur seul crédo est d'assister une petite partie pour masquer comment on fait bien payer tout le monde.

 Le prix des carburants n'est qu'un des aspects de la perte du pouvoir d'achat

Comme les députés Les Républicains soutenant cette mesure idiote ne veulent pas lâcher, espérons que les Français leur feront comprendre bientôt. Le message à faire passer étant : ce sont tous les Français qui souffrent de la situation et pas quelques salariés privilégiés. Le prix des carburants n'est qu'un des aspects de la perte du pouvoir d'achat, l'inflation à 2,2 %, les augmentations des complémentaires santé, l’augmentation de la CGS  y sont aussi pour beaucoup.

Ne pas oublier que c’est aussi un problème de compétitivité des entreprises dont la barque est déjà bien trop chargée. L’addition des « aides » chèques restaurants, mutuelles, chèques vacances, est déjà très lourde en plus des charges sociales patronales. Ajouter encore un chèque d’assistance supplémentaire serait un très mauvais signal à envoyer à tous ceux qui ne rêvent que de nouvelles taxes.

Alors pour être sur le podium, certains députés les républicains proposent, pour éviter de faire payer trop ce chèque aux entreprises, une taxe ! Oui vous avez bien lu, les républicains du vieux monde proposent pour combattre une taxe la création d’une taxe.  Quand on constate des choses comme cela, on comprend qu’il n’y a plus rien a espérer de ces élus.


A découvrir

Patrick Crasnier

Patrick Crasnier est diplômé en sciences humaines 3eme cycle en psychopathologie, après de longues années passées en cabinet libéral comme psychanalyste, blessé lors d’un attentat terroriste cesse cette activité en 1995. Continue comme photojournaliste, journaliste radiophonique (activités menées conjointement avec celle de psychanalyste depuis 1983) puis comme journaliste rédacteur au journal Toulousain et à l’écho des entreprises. Actuellement photojournaliste correspondant pour l’agence de presse panoramic, participe ponctuellement comme éditorialiste a sud radio et rédacteur dans plusieurs revues.