Chômage : -3,6% sur un an globalement, -10% en catégorie A

1,45
Pour chaque personne sans aucune activité, la France compte
actuellement 1,45 personne travaillant à temps partiel.

Au troisième trimestre 2021, le chômage recule de 1,9% sur le trimestre est de 3,6% sur un an, si l’on prend en compte les trois principales catégories (A,B,C). Mais c’est en catégorie A (absence totale d’activité) que la baisse est la plus spectaculaire : -5,5% sur le trimestre et -10% sur un an, annonçait le ministère du Travail le 27 octobre 2021.

Chômage : une baisse spectaculaire en catégorie A

C’est la jubilation pour Élisabeth Borne, la ministre du Travail, et l’ensemble de l’équipe d’Emmanuel Macron : en cette fin du quinquennat, le nombre de demandeurs d’emploi s’inscrit enfin en forte baisse. En moyenne au troisième trimestre 2021, on comptabilisait en France 5.577.800 demandeurs d’emploi (catégories A,B,C), soit une baisse de 3,6% sur un an. Sur le trimestre, la baisse est de 1,9%.

Mais c’est surtout au sein de la catégorie A (soit les personnes sans aucune activité) que le reflux est le plus important : -10% sur un an. La baisse est également importante sur le trimestre : entre juillet et septembre 2021, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A a diminué de 206.000, soit -5,8%.

Le nombre de travailleurs à temps partiel bat des records

Cette publication statistique, bien que réjouissante de prime abord, est néanmoins à mettre en perspective. Tout d’abord parce que le nombre de demandeurs en catégories B et C n’a pas diminué, il a au contraire augmenté : 2.270.400 au troisième trimestre 2021 contre 2.110.400 un an plus tôt, soit une hausse de 7,5%. En d’autres mots, aujourd’hui la France compte beaucoup moins de personnes sans aucune activité mais davantage de personnes ayant une activité réduite, qui continuent de chercher un emploi à temps plein ou un deuxième boulot à temps partiel pour compléter leurs revenus. Cette tendance est d'ailleurs observable depuis le 1er trimestre 2021.

Autre mauvaise nouvelle émanant de cette publication : bien que l’emploi se redresse à la vitesse Grand V, il reste toujours inférieur au niveau d’avant-crise. Aujourd’hui, on compte en effet 124.100 demandeurs d’emploi de plus qu’à la veille du premier confinement.


A découvrir