Chômage : 1 million de demandeurs d'emploi en Île-de-France en 2020 ?

9,2 %
Le chômage en zone euro pourrait atteindre 9,2% fin 2020.

Ce sera une des conséquences majeures de la crise économique liée à la crise sanitaire : une forte augmentation du chômage en France. S’il est difficile d’établir des prévisions fiables, surtout en raison du risque de « deuxième vague » de contaminations à l’automne 2020, les premières estimations prévoient que des records seront battus.

Valérie Pécresse prévient : le chômage sera record en Île-de-France

Interrogée dans l’émission le Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI le dimanche 21 juin 2020, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, annonce la couleur. Selon elle, fin 2020, la région prévoit au compteur « 300.000 chômeurs de plus » d’ici fin 2020. Une estimation qui, si elle se confirme, pourrait faire atteindre le million de chômeurs à l’Île-de-France. « Ce sera un triste record historique », souligne Mme Pécresse.

Cette estimation n’est malheureusement pas incohérente avec celles, plus globales, sur le chômage en France à la fin de l’année. L’Unédic, par exemple, organisme qui gère l’Assurance-chômage, prévoit la destruction de 900.000 emplois en France avant la fin de l’année 2020.

Récession, chômage, dette…

Il faudra attendre plusieurs années pour connaître les effets réels de la crise économique liée au Covid-19, mais toutes les estimations pointent dans la même direction : l’OCDE, par exemple, s’attend à une récession de 11,4% en France en 2020 en cas de pandémie maîtrisée… et même 14,1% si ce n’était pas le cas.

Côté chômage, l’OCDE voit un taux de 9,2% en 2020, contre 5,4% en 2019 pour la zone euro. C’est à peu près pareil pour la Banque de France qui, pour l’Hexagone, s’attend à 11,5% de chômage à la mi-2021, moment du théorique pic du nombre de demandeurs d’emploi. Pour rappel, le gouvernement tablait sur une baisse du taux de chômage à 7% voire moins à l’horizon de 2022 (avant la crise épidémique), objectif ambitieux, mais réalisable.


A découvrir