Pour 64 % des Français les chômeurs devraient se bouger le c*l

0,2 %
Le nombre de chômeurs de catégorie A a augmenté de 0,2 % en octobre
2017.

Les fêtes de fin d’année vont avoir une ambiance de plomb pour les chômeurs : en plus de la galère qu’ils vivent de ne pas avoir d’emploi, voilà que la majorité des Français est contre eux. Si vous êtes chômeur et qu’à Noël il y a une dizaine de personnes à table dîtes-vous qu’entre 4 et 7 des personnes assises autour de vous pensent que vous ne faites pas assez d’efforts pour retrouver un travail. Sympa, n’est-ce pas ?

Chômeurs : soyez moins exigeants et bouger vous le c*l !

Un sondage réalisé par Odoxa pour BFMBusiness, Challenges et Aviva, publié le 6 décembre 2017, dévoile que les chômeurs sont encore considérés comme des profiteurs par les Français. Ces derniers estiment en effet qu’ils ne font « pas assez d’efforts » pour retrouver un travail. Logique : être chômeur donne un statut social tellement prestigieux que tous les chômeurs peuvent se pavaner d’une telle réussite.

Cette image très négative du chômeur qui ne fait pas assez d’efforts ou est une peu « difficile » avec les offres d’emploi qui lui sont proposées par Pôle Emploi est particulièrement répandue chez les sympathisants de la droite, du FN et de la République en Marche : plus de 70 % d’entre eux le pensent.

Du côté de la gauche on retrouve également cette image mais elle est un peu moins répandue : seulement 44 % le pensent. Mais d’une manière générale sur 10 Français interrogés, ils sont plus de 6 (64%) à estimer que les chômeurs devraient y mettre un peu plus du leur pour retrouver un emploi.

Dégressivité et suppression des allocations : des réformes qui fonctionneraient pour les Français

Puisque les chômeurs ne font visiblement pas assez d’efforts pour retrouver un travail (chose complètement fausse selon Pôle Emploi puisque 86 % des chômeurs s’acquittent de leurs obligations) pourquoi ne pas utiliser la coercition ?

Les Français estiment en effet à une large majorité qu’il faudrait frapper au portefeuille : 69 % estiment que la suspension des allocations est une bonne idée si le chômeur ne fait pas assez de recherches et 61 % pensent que lui enlever les allocs est une bonne idée lorsque le chômeur refuse deux emplois.

De même, 53 % estime qu’il faudrait rendre les allocations chômages dégressives dans le temps afin de mettre la pression sur les chômeurs.

Joyeux Noël aux 5,6 millions de chômeurs inscrits en catégories A, B et C en octobre 2017.


A découvrir