Christine Boutin défend Jean-Marie Le Pen



Ce matin, une interview de très bonne qualité s’est déroulée sur les ondes de sud radio. Il s’agissait de celle de Christine Boutin par notre confrère Philippe David. Comme d’habitude questions pertinentes, ce qui fut plus étonnant ce sont les réponses de cette femme politique, toujours un peu en marge et souvent en dehors de la réelle politique.

 

Christine Boutin tout le monde ou presque le sait, c’est la présidente du parti chrétien démocrate. Un parti discret, un peu vieillot, sentant un peu le relent de la quatrième république. Pas le tea party américain même si certains éléments pourraient y faire penser, justement les réponses d’aujourd’hui s’en approchent dangereusement.

 

La première question sur l’écotaxe fut un galop d’essai, elle est contre bien sur cette écotaxe qui revient par la fenêtre des régions après avoir été expulsée par la grande porte sur l’action des Bretons. Rien d’étonnant, ce sujet est là pour faire parler le bon peuple en vacances, mais dès que la campagne électorale pour les régionales aura commencé les têtes de listes s’empresseront d’affirmer qu’aucune taxe supplémentaire ne sera proposé dans la corbeille de mariage. C’est dès la seconde question que Christine Boutin se lâche, l’été est propice aux amours de vacances.

 

Philippe David a continué son interview en demandant à Christine Boutin de réagir à la France de Jean Marie Le Pen dans le journal du dimanche, affirmant qu’il ne soutiendrait pas sa fille a l’élection de 2017. Le front National occupe le terrain de l’été et cette question allait de soi bien sûr, la réponse de Christine Boutin a véritablement créé la surprise.  Elle a commencé par trouver que le combat  familial des Le Pen était indécent, un avis partagé par beaucoup, la suite est beaucoup plus questionnante. Toujours en affirmant qu’elle était « contre le FN » elle est entrée dans un plaidoyer pour le père Jean Marie, présenté comme une victime de la fille Marine.

 

Affirmant : « C’est surtout la fille qui me scandalise » ajoutant « comment une fille peut-elle faire cela à un père alors qu’elle lui doit tout » et terminant en accusation formelle contre Florian Philippot « Marine le Pen est une marionnette dans les mains de Monsieur Philippot » Regrettant que « ce Monsieur » soit en train de « changer complètement le parti » et en appelant « aux chrétiens qui votent front national de faire attention.»

 

Les bras m’en sont tombés ! Madame Boutin en train de défendre Jean Marie Le Pen réaffirmant après avoir mis en garde les chrétiens électeurs du FN, que le père défendait la famille, avait le respect de la vie,  ce que ne ferait pas Florian Philippot. J’ai longtemps pratiqué l’interview radiophonique je suis certain que mon confrère Philippe David ne s’en est pas rendu compte. En direct les choses vont très vite et c’est seulement à postériori que l’on se rend compte de la portée des réponses. Là en réécoutant, je peux affirmer que les propose de Christine Boutin sont un appel du pied aux électeurs les plus proches du père Le Pen. Je crois qu’il peut être content du parti chrétien démocrate (que l’on a vu certaines années défiler lors de la fête de Jeanne d’Arc) redorer le blason de cette façon de celui qui n’a cessé de provoquer, de faire des phrases condamnées par la justice, c’est juste inacceptable.

 

Terminant sur ce sujet Christine Boutin enfonce le clou en affirmant qu’il ne faut pas voter pour Marine Le Pen « parce qu’elle a un programme de gauche » ite missa est !

 

Le reste de cette émission fut consacré à diverse autres question bien sur la politique des républicains, Christine Boutin en mal de mandat et de reconnaissance n’a pas tari d’éloges sur Nicolas Sarkozy (oubliant Juppé qui peut aussi le remettre en selle).

 

Christine Boutin alliée à Jean Marie Le Pen pour démolir Marien Le Pen « de gauche » et Florian Philippot « saint Just voulant couper toutes les têtes » c’est le clergé qui se fiche de l’hôpital, cette interview valait le coup, merci Philippe David.

 

A découvrir


Patrick Crasnier

Patrick Crasnier est diplômé en sciences humaines 3eme cycle en psychopathologie, après de longues années passées en cabinet libéral comme psychanalyste, blessé lors d’un attentat terroriste cesse cette activité en 1995. Continue comme photojournaliste, journaliste radiophonique (activités menées conjointement avec celle de psychanalyste depuis 1983) puis comme journaliste rédacteur au journal Toulousain et à l’écho des entreprises. Actuellement photojournaliste correspondant pour l’agence de presse panoramic, participe ponctuellement comme éditorialiste a sud radio et rédacteur dans plusieurs revues.