Christine Lagarde du FMI à la BCE, pour une bonne nouvelle c'est une bonne nouvelle !

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Nous sommes sauvés mes amis ! Sauvés !!

Oui, c’est la fin de la fin du monde !!

Dame Christine nous revient, et qu’est-ce qu’elle m’a manqué dame Christine, l’autrice, inventeuse (en français moderne tel que l’exige la future loi sur la haine discutée par nos députés qui n’ont pas osé l’appeler loi sur la censure).

De la croissance négative aux taux négatifs, Christine, la dame qu’il nous faut !

Vous savez je me suis beaucoup moqué de dame Christine lorsqu’elle avait inventé ce concept génial de « croissance négative » et de « rilance »… oui, oui, je me suis moqué, mais le temps m’a donné grand tort, c’est dame Christine qui a fait preuve de prescience, puisqu’avec la croissance négative sont arrivés également les taux négatifs.

C’est dans ce contexte économiquement remarquable que cette femme géniale va présider aux destinées monétaires de la zone euro et de ses taux négatifs qui permettent cette croissance négative dans le cadre de politique de rilance d’un côté et d’austérité de l’autre… Bref, c’est tout de même pas gagné l’histoire !

Dame Christine va imprimer !

Dans le contexte actuel, le choix de Christine Lagarde est le meilleur choix pour la BCE. Regardez cet article du Financial Times intitulé : « Les investisseurs obligataires se réjouissent de la nomination de M. Lagarde à la tête de la BCE . Le chef du FMI considéré comme dovish et susceptible de prolonger l’ère de l’assouplissement de la politique monétaire. »

Que tout le monde se rassure, elle va monétiser.

Elle va imprimer.

Elle va racheter des obligations pourries émises par des Etats en faillite.

Elle va créer de la monnaie encore et encore.

Pourquoi ?

Parce qu’il n’y a pas le choix.

Même un type comme Patrick Artus non seulement l’a parfaitement compris (ce qui est évident) mais surtout maintenant le dit (ce qui n’était pas évident).

Il dit qu’il n’y aura pas de récession, car on imprime autant qu’on veut.

Il n’y aura pas de récession d’ici un an ou deux.

Bon c’est vrai dit-il, il y aura peut-être un énorme problème d’ici 5 ou 10 ans !!

Sans blague.

Ecoutez sa vidéo dans l’un des articles de cette édition.

Dans 5 ou 10 ans, peut-être même avant, les déséquilibres seront tels qu’il pourrait y avoir quelques problèmes.

Mon analyse n’était pas très différente il y a quelques jours dans cet édito intitulé:

En réalité, les banques centrales, impriment parce qu’elles accompagnent le processus d’effondrement de notre système et c’est là que réside le grand mobile de ce crime monétaire presque parfait.

J’y reviendrais plusieurs fois durant le mois de juillet.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.