Combien de ponts y aura-t-il en 2018 ?

4
Le mois de mi comptera à lui seul 4 jours fériés, tous en cours de
semaine.

La France compte chaque année 11 jours fériés, mais tous ne sont pas forcément chômés. En 2018, neuf de ces congés tombent en dehors des week-ends, ce qui pourrait avoir un effet négatif sur l’économie.

Jusqu'à six week-ends de quatre jours

Les salariés et l’industrie touristique vont certainement se frotter les mains, les employeurs et les autorités un peu moins ! L’année 2018 s’annonce généreuse en ponts, pour la simple et bonne raison que la majorité des jours fériés tombent, non pas le week-end, mais au cours de la semaine. 

Dès lors, des millions d’actifs seront tentés de faire ce qu’on appelle, « le pont », c’est-à-dire de poser un jour de congé afin de s’offrir un long week-end, et pourquoi pas, de se mettre au vert.  

En 2018 donc, comme en 2017, neuf des onze jours de congés annuels tombent en dehors des week-ends. Encore faut-il s’organiser, car certains jours, comme le 15 août par exemple, tombent un mercredi. Selon les calculs du Figaro, les salariés pourraient s'offrir jusqu'à six week-ends de quatre jours. Quasi un record ! 

Les ponts coûtent des milliards d'euros

Ainsi le quotidien cite l’exemple du 1er mai, qui tombe un mardi. Il suffit de poser le lundi 30 avril, pour s’offrir quatre jours de repos ou d’escapade ! Rebelote le 8 mai, qui tombe lui aussi un mardi. La semaine de l'Ascension, jeudi 10 mai, permettra elle aussi de quitter le bureau quatre jours, en posant une seule journée. Et pour finir en beauté un mois de mai décidément fort chômé, le lundi de Pentecôte tombe le 21 mai.

Enfin le 25 décembre et le 1er janvier tomberont un mardi. On vous laisse deviner le scénario possible, pour profiter de deux longs week-ends d’affilée.

Seuls le samedi 14 juillet et le dimanche 11 novembre tomberont sur des week-ends en 2018. 

En mai 2014, l'OFCE (Observatoire français des conjonctures économiques) avait calculé que le coût de trois ponts successifs, comme ceux du mois de mai, peut aller jusqu'à 0,19 points de PIB, soit près de 4 milliards d'euros. L’addition, cette année, risque donc d’être encore plus salée !


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.