Les comparateurs de prix d'autocars fleurissent déjà sur le net

700 MILLIONS €
D'après le gouvernement, l'ouverture à la concurrence du transport en
autocar devrait libérer 700 millions d'euros de pouvoir d'achat pour
les Français.

Nouvelle mesure liée à la loi Macron, les décrets ouvrant à la concurrence le transport de passagers par autocar sur les longues distances en France seront publiés mi-août. Mais déjà, sur la toile, les comparateurs de prix des autocars fleurissent et commencent un combat farouche.
 

Après les comparateurs de billets de train et d'avion : les autocars !

Ces comparateurs de prix marchent exactement comme tous les autres. Avec une recherche, les sites vous proposent de trouver le billet d'autocar le moins cher en fonction des compagnies d'autocars proposant le service. Eurolines-Isilines, Megabus, FlixBus, Starshipper ou encore iDBus, filiale de la SNCF. Pour ça, rien de plus simple. Il vous suffit de préciser votre lieu de départ, d'arrivée, les dates et parfois le nombre de passagers.

Une fois son billet choisi, le voyageur n'a plus qu'à cliquer sur le bouton «voir l'offre» avant d'être renvoyé sur le site partenaire pour finaliser l'achat. «Nous sommes payés à la commission, nous touchons donc un pourcentage lorsque le voyageur achète un billet», explique Rémy Mellet, fondateur de la plateforme comparabus.com.


 

Et si vous préfériez l'autocar au covoiturage ?

L'avantage du voyage en autocar ? Les prix très attractifs. Pour un aller-retour Paris-Lyont, comptez 48 euros en IdBus. Ou 38 euros avec Eurolines et Starshipper. Pour le même trajet en train, il vous faudrait débourser au minimum 106 euros. En résumé, le trajet en autocar est idéal pour les petites bourses, mais il faut savoir se montrer patient. Pour le trajet Paris-Lyon, il faudra par exemple compter en moyenne 13 heures (aller-retour) contre 5h20 pour le train.

C'est un moyen de transport qui peut se montrer également plus agréable que le covoiturage. «L'organisation est plus simple, pas d'annulation au dernier moment, plus de place, et pas d'obligation de discuter avec le conducteur», ajoute le fondateur de comparabus.com.


 

La guerre des comparateurs a commencé

Le site comparabus.com a été lancé en 2012. Depuis quelques mois, d'autres acteurs beaucoup plus récents font surface : GoEuro.fr ou encore Kelbus.fr qui a ouvert en juin dernier. «Le secteur est encore jeune, explique le dirigeant Yann Raoul. Avec la loi Macron, les gens font le choix de prendre l'autocar, et plus seulement de trouver le meilleur moyen de transport».

Mais il faut composer avec les comparateurs traditionnels dont certains ont déjà ajouté les autocars à leur moteur de recherche. Avec Kelbus.fr, le site Internet kelbillet.com a préféré proposer un service dédié. «Les voyageurs veulent prendre l'autocar. Ils ont donc des critères différents et c'est pourquoi nous avons créé un produit spécifique», explique Yann Raoul. A l'inverse, Liligo veut «tout intégrer sous une même marque» et a déjà ajouté les offres de IdBus à ses options de recherche. Il est actuellement en négociation avec les autres compagnies pour les ajouter à leur tour.

 


A découvrir

Lea Pfeiffer

Née en 1994, Léa Pfeiffer débute des études en journalisme audiovisuel à l'ISCPA de Paris une fois sortie bachelière de l'Ecole Boulle. Elle écrit occasionnellement des articles pour Economie Matin et le Journal de l'Economie. En parallèle, Léa Pfeiffer a déjà réalisé deux documentaires : "Aveugles 2.0", et "Capitale Zéro Déchêts". 

@aloonontheweb