La peur du reconfinement et de la 2nde vague fait chuter les bourses !

4 %
Le CAC40 a chuté de 4% le 21 septembre 2020.

Je vous annonçais avant l'été que nous devrions avoir le début du second pic à partir du 15 août et que les marchés devraient prendre en compte cette « deuxième » vague, ainsi que les reconfinements qui vont en découler.

Cela va coûter cher, très cher à notre économie.

Il ne manquera pas de lecteurs pour expliquer qu'il n'y a pas de seconde vague, ou qu'ils ne reconfineront jamais. En fait, d'un point de vue analytique on s'en fiche bien.

Factuellement, Israël a reconfiné pour 3 semaines avec un confinement total et l'interdiction de dépasser un rayon de 500 mètres de chez soi, l'Angleterre se prépare à reconfiner pour le 15 octobre, l'Espagne reconfine Madrid et s'apprête à déployer 15 000 à 20 000 militaires dans les rues de la capitale notamment.

Les bourses réagissent un peu plus tard que ce qu'elles auraient du faire, mais nous sommes mûrs pour un beau plongeon, un plongeon qui peut aussi être une tentative de déstabilisation de l'élection américaine, car, si, juste avant de voter les Américains se retrouvent confronter à un terrible crash, c'est bien le bilan de Trump spécifiquement sur l'économie, son point fort qui se trouvera écorné.

Voici ce que dit l'agence de presse Reuters :

« Wall Street est attendue en nette baisse et les Bourses européennes creusent leurs pertes à mi-séance lundi, les interrogations sur le risque d'un reconfinement dans plusieurs pays face à la résurgence des cas d'infection par le coronavirus replongeant les marchés dans le climat d'aversion généralisée au risque en vigueur au printemps » .

Si l'épidémie dure, alors les prévisions de « reprise » tombent toute à l'eau !

Soyons clairs.

Les marchés jouent depuis le départ la reprise dite en « V » c'est-à-dire une forte baisse de l'activité suivie d'une reprise toute aussi forte.

Les marchés ont joué sans réserve ce scénario.

Or l'analyse de la situation depuis le départ montre qu'il était peu probable que nous ne connaissions qu'un seul pic, et d'ailleurs tout le monde le savait très bien, puisque comme je l'avais dit à mes abonnés à la lettre STRATEGIES, le gouvernement français travaillait avec l'hypothèse central d'un confinement en yo-yo.

Face à la situation nébuleuse où l'on ne sait plus très bien quoi penser, ni qui croire, je vous ai préparé un Flash STRATEGIES disponible ici .

Le professeur Raoult avait-il raison de dire qu'il n'y aurait pas de seconde vague alors qu'il parle désormais d'un deuxième acte de l'épidémie ? Le savait-il ? Ceux qui disent que la charge virale est en baisse ont-ils raison ? Y-ta-il vraiment moins de morts et est-ce parce que le virus rend moins malade ou y-a-t-il d'autres raisons ? Est-ce moins grave aujourd'hui en septembre qu'hier en mars ?

Va-t-on se retrouver à nouveau confiné comme en Israël, en Espagne et prochainement en Angleterre ?

Quelles seront également les conséquences économiques de cette seconde vague qui va nous frapper de plein fouet, même si cela prend une forme différente de ce que nous avons vécu en mars dernier ?

Je partage avec vous toutes mes réponses à ces questions et plein d'autres dans le Flash Stratégies ci-dessous accessible à tous les abonnés. Pour plus de renseignements c'est ici (e t sachez que toute souscription d'abonnement à la lettre stratégies donne accès à l'ensemble des archives soit plus de 55 dossiers et des centaines de pages d'analyses et de conseils pour avoir un temps d'avance sur les évènements ).

Même si nous en avons tous envie, l'épidémie n'est pas finie !

Nous pourrions même être plus proche du début encore, que de la fin et du bout du tunnel.

Il est déjà trop tard, mais tout n'est pas perdu. Préparez-vous !


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.