Confinement 2 : une activité économique réduite de 15%

15 MILLIARDS €
Le confinement 2 coûtera à l'État 15 milliards d'euros.

Les Français, depuis la nuit du jeudi 29 au vendredi 30 octobre 2020, sont à nouveau confinés. Une mesure qui a été jugée nécessaire par le gouvernement pour endiguer la progression de la Covid-19, en forte hausse depuis le début de l’automne. Pour autant, ce « confinement 2 » devrait coûter moins cher à l’économie que le premier du printemps.

Un confinement où l'on peut travailler

Lors de son allocution présidentielle du 28 octobre 2020 durant laquelle le confinement a été officiellement annoncé, Emmanuel Macron a mis l’accent sur la nécessité de sauvegarder le plus possible l’économie. Si le Medef juge la mesure « injuste », en particulier envers les commerçants et les restaurateurs, le gouvernement a effectivement opté pour un confinement allégé permettant le maintien de l’activité économique dans de nombreux secteurs qui, au printemps, étaient à l’arrêt.

Ainsi, par exemple, le BTP pourra continuer ses chantiers tandis que de nombreux magasins pourront continuer de travailler, alors qu’ils avaient fermé en mars. Grâce au télétravail généralisé, couplé au maintien des activités scolaires pour les moins de 18 ans (crèches, écoles primaires, collèges et lycées), les parents pourront, eux, continuer d’effectuer leurs tâches quotidiennes.

L’économie mieux sauvegardée qu’au printemps 2020

Les usines pouvant continuer de produire, tout comme de nombreuses TPE et PME de l’industrie, au final ce ne sont que les petits commerces qui vont fermer, près de 200.000 selon Bruno Le Maire qui n’a pas caché, lors de la conférence de presse du jeudi 29 octobre 2020, que « Ce confinement est un coup dur pour toutes les entreprises qui vont être fermées à compter de demain ». Pour leur permettre de survivre, de nombreuses mesures mises en place durant le premier confinement ont été maintenues, réactivées ou élargies, comme le chômage partiel ou encore le fonds de solidarité.

Malgré tout, le gouvernement semble avoir réussi son pari : Bruno Le Maire a annoncé que si durant le premier confinement la France avait connu « une chute d’activité de 30% », « avec toutes les dispositions que nous avons prises, avec les mesures de soutien, avec les mesures d’accompagnement, de simplification en particulier pour le bâtiment et les travaux publics, nous visons un ralentissement de l’activité moitié moindre, de 15% ».

Mais le coût pour les caisses de l’État, déjà fortement mobilisées depuis le début de l’année 2020, restera élevé : 15 milliards d’euros pour ce confinement 2.


A découvrir