Le confinement va durer bien au-delà du 15 avril 2020

7 %
7% des cas de coronavirus considérés comme résolus se sont soldés par
un décès.

Après avoir tardé à l’annoncer, alors que toute la population française s’y était résignée, le gouvernement a finalement officialisé la prolongation du confinement durant deux semaines de plus, soit jusqu’au 15 avril. Mais cela ne suffira pas, le gouvernement le sait. Rendez-vous donc vers le 13 avril pour une nouvelle annonce.

Le confinement prolongé jusqu’au 15 avril et des sanctions durcies

Le 27 mars 2020, les Français ont découvert qu’ils allaient devoir passer 15 jours de plus en confinement. Les interdictions de sortie pour tout le monde (sauf déplacement dérogatoire ou travail) sont prolongées jusqu’au 15 avril 2020. Le gouvernement n’a toutefois pas durci les règles : on peut toujours aller faire du jogging et il n’y a toujours pas de couvre-feu au niveau national.

Un petit changement, toutefois, dans les sanctions : l’amende pour récidive pour non-respect des règles de confinement durant une période de 15 jours passe de 135 euros à 200 euros (et 400 euros en cas de majoration). Mais c’est le seul changement : la première infraction n’est toujours sanctionnée que de 135 euros.

Le gouvernement ne semble donc pas enclin à faire comme ses voisins où les amendes peuvent dépasser plusieurs milliers d’euros… ce qui aurait un effet largement plus dissuasif.

Fin du confinement le 15 avril ? C’est impossible

Pourquoi le gouvernement n’a pas annoncé directement un mois de confinement de plus, voire même un mois et demi ou deux mois ? Personne ne le sait. Mais le gouvernement sait qu’au 15 avril la crise ne sera pas terminée, loin de là.

Le conseil scientifique, déjà, a estimé qu’il était nécessaire que le confinement dure six semaines… au minimum. Soit jusqu’à fin avril. Et Édouard Philippe a déclaré le 27 mars 2020 que « nous ne sommes qu’au début de la vague épidémique ». Or, le confinement ne peut se terminer que si le nombre de cas baisse, autrement il aura été inutile. Et attention, on parle bien de nombre de cas en « baisse » et non de « hausse ralentie ».

Faisons une comparaison avec l’Italie, premier pays européen touché par le coronavirus Covid-19 : le pays est en confinement depuis le 12 mars 2020, confinement qui a, par ailleurs, été durci par la suite, chose que le gouvernement français n’a pas (encore) fait. Le confinement semble fonctionner : au bout d’un mois de confinement environ, le nombre de nouveaux cas semble ralentir… ce qui ne signifie pas que le nombre de cas baisse. Le dimanche 29 mars 2020, l’Italie a enregistré 5.217 nouveaux cas.

Il semble donc qu’il faille un minimum d’un mois de confinement pour que la contamination commence à ralentir, mais personne ne sait dire combien de temps il faut pour que le nombre de nouveaux cas commence à baisser. De fait, au 15 avril 2020, la France pourrait commencer à voir ce ralentissement… mais cela ne sera pas suffisant pour lever le confinement.


A découvrir