Confinement 2 : le Medef estime la décision « injuste »

50 MILLIARDS €
Selon le Medef, le Confinement 2 va faire perdre 50 milliards d'euros
à l'économie.

Dans un entretien accordé au Parisien après les annonces d’Emmanuel Macron mercredi 28 octobre 2020, Geoffroy Roux de Bézieux, patron du Medef, s‘est montré critique envers la décision de reconfiner toute la population française. Il craint des faillites en masse et estime qu’aucun équilibre n’a été trouvé entre santé et économie.

« Il y aura beaucoup de faillites »

Alors qu’il avait réclamé au gouvernement de trouver une « voie du milieu » entre santé et économie, pour protéger les entreprises, Geoffroy Roux de Bézieux juge qu’il n’aura pas été écouté. Le Confinement 2 ressemble beaucoup au Confinement 1, avec notamment les commerces fermés. Or, selon lui, cette décision va « provoquer un choc économique important », surtout du fait de la période.

« Il y aura beaucoup de faillites et notamment parmi les 330000 entreprises du secteur du commerce qui font l'essentiel de leur activité entre le 1er novembre et 15 décembre », explique-t-il au Parisien. Il estime que la perte, en termes de PIB, sera de plus de 50 milliards d’euros. Car en novembre, les commerces se préparent à Noël et la consommation bat son plein ; fermés, ils ne pourront rien vendre, ce qui ne manquera pas de faire les affaires du e-commerce, Amazon en tête.

Il juge que malgré la déclaration du Président en faveur d’un « équilibre » entre santé et économie, notamment car le travail continuera dans bien plus de secteurs qu’au printemps, « le balancier penche vers la santé ». « C'est un choix que je peux comprendre mais qui n'est pas équilibré. »

Déconfiner à Noël pour reconfiner encore en mars 2021 ?

Le patron des patrons s’essaye même à un pronostic, annonçant un Confinement 3 : « Je veux bien croire que le confinement va stopper l'épidémie et que l'on déconfinera avant les fêtes de Noël, mais on va reconfiner en mars pour affronter la troisième vague. » Une option qu’il juge catastrophique, si elle se confirmait : « On ne peut pas confiner et déconfiner en permanence, sinon des centaines de milliers d'entreprises vont disparaître. »

Pour lui, il est impossible que l’économie continue d’attendre « un vaccin à l’été prochain » : il faut que le gouvernement autorise la réouverture le plus rapidement possible et, surtout, définitivement. « Il faut que tous les secteurs fermés à partir de jeudi soir aient la possibilité, ce qui n'a pas été fait sérieusement jusqu'à présent, de discuter pour pouvoir rouvrir. »

Le Confinement 2 : une décision injuste

Dans les colonnes du Parisien, Geoffroy Roux de Bézieux explique également que la décision est injuste « les contaminations ont lieu dans la sphère privée et ce sont les entreprises, et donc les salariés, qui sont pénalisées. »

Les mesures sanitaires étant respectées, il rappelle que même le conseil scientifique « ne dit pas que les contaminations ont lieu dans les commerces bien au contraire. ». Tout serait donc la faute de la sphère privée, et ce sont les entreprises qui sont pénalisées par une fermeture obligatoire. « Je le redis, la contamination se passe dans la sphère privée, les entreprises ne sont pas responsables de la situation. »


A découvrir