Transition énergétique : Comment faire des économies d'énergie facilement

20 %
En faisant quelques efforts simples, vous pouvez faire baisser votre
consommation d'énergie de 20 à 30 % à votre domicile.

"L'énergie est notre avenir, économisons là". D'accord. Mais il existe d'autres excellentes raisons pour faire maintenant des économies d'énergie simples à votre domicile. Florilège.

Le chauffage consomme 50 % de l'énergie du foyer

Difficile de ne pas commencer par parler du chauffage, qui représente plus de la moitié des dépenses en énergie d'un foyer. L'ennemi public numéro 1 : le chauffage électrique. La France, au prétexte que 75 % de son électricité est d'origine nucléaire, propose les tarifs les moins chers d'Europe depuis des décennies. Résultat, 30 % des foyers français sont chauffés à l'électricité ! Dans le même temps, la Suisse par exemple a interdit le chauffage électrique d'ici à 2023. Heureusement, les nouvelles normes de construction interdisent également désormais l'installations de radiateurs électriques comme moyen principal de chauffage. Si vous êtes propriétaire et que vous vous chauffez à l'éléctrique dans votre habitation principale, c'est le bon moment de songer à changer d'énergie. La loi de finances 2015 a maintenu voire augmenté de nombreux crédits et réductions d'impôts pour vous aider à financer l'installation d'une chaudière à gaz ou au bois par exemple. Mais si vous êtes installés dans le sud de la France, ne négligez pas la piste de la pompe à chaleur géothérmique, qui peut parfois couvrir jusqu'à 80 % des besoins de chauffage, le chauffage électrique restant utilisé en appoint pour les jours de grand froid.  Le changement d'énergie de chauffage, en venant de l'éléctrique, peut s'amortir dans certains cas en moins de cinq ans.

Maintenant, la vraie grosse économie d'énergie accessible à tous, y compris à ceux qui se chauffent à l'éléctrique, c'est de.... baisser le chauffage. 1 degrés de moins fait économiser 7 % sur la facture. On ne cesse de répêter qu'une chambre à coucher devrait être à 16 ° C. On est bien sous une grosse couette ! Dans toutes les autres pièces, 19 sufissent largement, quand en moyenne il y fait 20, 21, parfois beaucoup plus chez les frileux ou les inconscients. Les pièces de passage (entrée) ou les couloirs n'ont pas besoin d'être chauffés beaucoup, voire chauffés tout court. Seule la salle de bain mérite 22 °, et encore, au moment où l'on s'en sert. Si vous pouvez y installer un chauffage (souvent électrique, à cause du chauffe-serviettes) programmable, c'est mieux.

Isolation, le vrai, le faux

L'isolation, longtemps présentée comme la panacée pour faire des économies d'énergie, peut-être en fait une dépense inutile. Si votre facture de chauffage (hors production d'eau chaude) ne pèse que quelques centaines d'euros par an - un chifre à moduler en fonction de la taille de votre habitation et du nombre de personnes dans votre foyer - changer des fenêtres, isoler les combles voire les murs de votre foyer n'auront qu'un impact très limité sur vos dépenses d'énergie ! Si en revanche le chauffage pèse lourd dans votre budget, un calcul de rentabilité de l'investissement s'impose, mais n'espérez pas retrouver les sommes investies - et donc commencer à faire des économies - avant quinze ans, voire plus. Isoler son foyer est donc bien plus un investissement sur la durée, un bon geste en faveur de l'environnement, qu'une bonne opération financière. 

Eléctroménager : difficile de consommer moins

Quel appareil éléctroménager consomme le plus ? Le... fer à repasser ! A raison de 4 à 5 heures de repassage par semaine, il vous en coûte près de 100 euros par an ! Derrière, c'est le sèche-linge... 

 

Pour lire la suite de cet article chez notre partenaire Yahoo! Finance cliquez-ici

 


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).