Bientôt des consignes sur les bouteilles en plastique ?

80 %
Dans les pays européens ayant introduit le système de consignes les
retours de contenants vides atteignent 80% en moyenne.

Comment améliorer la collecte des déchets recyclables ou dangereux ? C’est simple : faire pression sur le consommateur et lui dire que s’il ne recycle pas il va perdre de l’argent. Une manière très aisée est de prendre l’exemple de nos voisins allemands et il semblerait que le gouvernement soit, sur le principe, plutôt convaincu.

Si vous ne recyclez pas… vous allez perdre de l’argent

Le principe mis en place depuis des années en Allemagne est très simple et tous les frontaliers le connaissent : chaque bouteille en plastique (ou presque) inclut dans son prix de vente une consigne. Celle-ci peut être parfois très élevée, 25 centimes d’euro, montant qui s’ajoute donc au prix réel de la boisson.

La consigne peut toutefois être récupérée : il suffit de se rendre dans un des magasins ayant un des systèmes de récolte et on obtient, en lieu et place de l’argent mis dans la consigne, un bon d’achat qu’il est possible de déduire en caisse. Résultat : 90 % des contenants de boissons, en Allemagne, sont rapportés.

Certains SDF ou certaines personnes pauvres ont même prix l’habitude de fouiller dans les poubelles publiques pour récupérer les bouteilles consignées qui auraient été jetées afin de récupérer le montant de la consigne et donc de pouvoir acheter des biens de première nécessité dans les magasins. Tout le monde est gagnant, donc, et la planète leur dit merci.

Une mise en place en France pour le même système ?

Le gouvernement a présenté mardi 6 février 2018 cette idée auprès du public : une consultation publique a été lancée. Il se pourrait donc que les bouteilles en plastique d’eau ou de sodas voient leur prix augmenter pour inciter au recyclage.

Mais un tel système n’est pas aisé à mettre en place : il faut garantir que les ménages puissent récupérer leur argent faute de quoi ce serait tout simplement une perte de pouvoir d’achat. D’autant plus qu’il faudra un temps d’adaptation dans les habitudes quotidiennes des Français...


A découvrir