Contrôle des chômeurs : moins de 40 000 radiations... et encore

5,6 %
Seuls 5,6 % des chômeurs contrôlés peuvent être qualifiés de
profiteurs.

Afin de faire baisser les frais de l’Assurance Chômage et de lutter contre les abus le gouvernement a lancé en 2016 une vaste campagne de contrôle des chômeurs. Le journal Les Echos a pu obtenir les données de Pôle Emploi sur cette campagne de contrôles et les chiffres sont mitigés : il y a eu des radiations mais la grande majorité des contrôlés respectait ses devoirs.

Des centaines de milliers de contrôles et 14 % de radiations

Selon Les Echos Pôle Emploi a réalisé, à ce jour, environ 270 000 contrôles sur les chômeurs inscrits. L’idée du gouvernement était de vérifier si ces derniers respectaient bien leur obligation de rechercher un emploi. Les chômeurs sont souvent accusés de profiter du système ce qui a poussé Pierre Gattaz, président du Medef, à estimer nécessaire un contrôle journalier. Une sortie qui n’a pas manqué de faire polémique.

Surtout que, finalement, la très grande majorité des chômeurs respecte ses engagements. Selon Les Echos seulement 14 % des chômeurs contrôlés, soit environ 37 800 sur les 270 000 contrôlés, ont été radiés de Pôle Emploi. Ça paraît beaucoup mais en réalité le nombre de réels « profiteurs » est encore inférieur : l’ensemble de ces 37 800 personnes n’était pas indemnisé par Pôle Emploi.

15 000 profiteurs sur 270 000 contrôlés… soit 5,6 %

Si Pôle Emploi a radié 37 800 personnes, les économies de l’Unédic ne sont en réalité que bien inférieures à ce qu’on pourrait penser. De ces supposés « profiteurs » seulement 40 %, soit 15 120, étaient réellement indemnisés par Pôle Emploi au titre de l’assurance chômage. Sur l’ensemble des 270 000 contrôlés ça ne fait que 5,6 % du total.

Près d’un radié sur 4 (23%) relève en réalité du régime de solidarité (RSA) tandis que plus d’un tiers (36%) était encore inscrit à Pôle Emploi mais ne touchait plus rien.

Les contrôles sont malgré tout un succès, surtout pour le gouvernement qui, selon Les Echos, aurait l’intention de les renforcer en augmentant le nombre de contrôleurs. Il faut dire que radier 14 % des chômeurs des listes de Pôle aurait de quoi faire fortement baisser les statistiques mensuelles.

Baisser le nombre d’inscrits à Pôle Emploi

Bien que les contrôles étaient ciblés, notamment via des signalements ou en ciblant les chômeurs qui sortent de formation, on peut tenter de généraliser ces données et voir l’impact que ces radiations pourraient avoir sur les chiffres du chômage.

Il y avait, en septembre 2017, 5,62 million de chômeurs inscrits à Pôle Emploi dans les catégories A, B et C en France. Si les contrôles en radient 14 %, ce sont près de 790 000 chômeurs qui seraient supprimés des listes. Le nombre de chômeurs tomberait alors sous la barre des 5 millions.

Les chiffres seraient positifs pour le gouvernement mais ça ne résoudrait pas le problème du déficit de l’Assurance Chômage. De ces 790 000 radiés théoriques, si on reprend les statistiques de cette première année de contrôles dévoilées par Les Echos, seuls 5,6 % seraient des chômeurs indemnisés par Pôle Emploi mais ne cherchant pas du travail... soit à peine 44 000.


A découvrir


Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio