Coronavirus : la perte d'activité en France est de 35%

6
La perte de PIB serait de 6 points si le confinement se poursuivait
deux mois.

Depuis la mise en place des mesures de confinement, l’activité tourne au ralenti en France. L’Insee dresse un premier bilan.

La perte d’activité en France durant la semaine actuelle s’établit à 35% par rapport à celle qu’on aurait pu attendre d’une semaine « normale », sans coronavirus. Si ces mesures doivent durer un mois, la perte en termes de produit intérieur brut s’établira à 3 points. L’Insee avance que la perte de PIB pour deux mois de confinement représentera 6 points, mais l’institut relève qu’une telle mesure n’est pas « aisée » à calculer. L’Insee s’est appuyé sur les remontées du terrain en provenance des entreprises et des organisations professionnelles, mais aussi sur les transports ferroviaires, les transactions par cartes bancaires ainsi que la consommation d’énergie.

La consommation à la peine

La consommation des ménages pointe logiquement à la baisse elle aussi, de 35% également. Les Français ont réduit les achats de textile et de biens manufacturiers. La situation est hétérogène selon les secteurs : les activités agricole et agroalimentaires sont un peu en-deçà de la normale. Dans la construction, la baisse s’établit à 89%, dans l’industrie elle est réduite de moitié, les services marchands de 36%. L’hôtellerie et la restauration sont particulièrement touchés, ce qui est moins le cas pour les loyers immobiliers et les télécommunications.

Un tiers de salariés au chômage partiel

Quant aux services non marchands comme les activités sportives, l’éducation ou la garde d’enfants, la baisse d’activité est de 14%. L’Insee a également enregistré un tiers de salariés qui se rendent toujours sur leurs lieux de travail, un tiers en télétravail et le dernier tiers au chômage partiel.


A découvrir