Marché du travail - Coronavirus et offres d'emploi : les données d'Indeed

13 %
La crise du coronavirus pourrait faire augmenter le chômage de 13%.

Le ralentissement des voyages a un impact considérable sur les emplois dans l'hôtellerie et le tourisme, tandis que la tendance est à la hausse dans le secteur de la logistique.

L'économie mondiale est soumise à une pression considérable du fait des efforts de lutte contre le coronavirus ; quasiment tous les pays industrialisés ont à présent adopté des mesures de « distanciation sociale » ou de confinement. L’évolution en ordre dispersé des différents secteurs du marché du travail français se reflète dans les données des offres d'emploi sur Indeed.

En 2019, les offres d'emploi avaient augmenté en tendance au début de l'année. Cette année, elles ont connu une stagnation relative à partir du mois de février, pour s’établir dans la deuxième moitié de mars à un niveau inférieur de 12,1 % à leur tendance de 2019. Pour le moment, 2020 se maintient néanmoins encore au-dessus de 2018 en France.

 

La situation en Italie, où le pays a été mis en état de confinement plus tôt que la France, est encore plus inquiétante. Les annonces d’emploi depuis le début de l'année sont à un niveau inférieur de 18,2 % à leur tendance de l'année dernière et ce niveau continue de baisser, bien qu’il soit toujours supérieur au niveau de janvier. Il est néanmoins tombé sous le niveau de 2018 courant mars. Ailleurs en Europe, le ralentissement est tout aussi évident : l’écart par rapport à 2019 est de 8,2 % en Allemagne, et de 14,8 % au Royaume-Uni.

Le cas britannique suggère que la tendance des offres d'emploi en France pourrait s’affaisser encore, puisque le marché du travail outre-Manche est traditionnellement plus réactif qu’en France.   La tendance des offres d'emploi en France s'est davantage affaissée dans les professions les plus touchées par le coronavirus. L’annulation des voyages a un impact évident sur la demande de postes dans l'hôtellerie et le tourisme ; l’écart par rapport à la tendance des offres d’emploi de l’année dernière y est de 24 %. Les offres d'emploi dans le secteur de l'aérien, qui comprennent des emplois tels que mécanicien d'avion et pilote, accusent également une sévère baisse. En temps normal, on s'attendrait à ce que les employeurs se préparent à la saison des voyages d'été, mais ces offres d'emploi connaissent une chute annuelle d'environ 10 % par rapport à 2019.   Mais ce sont les domaines de la culture et des loisirs ainsi que de l’assistance à domicile qui sont le plus touchés, avec respectivement 27,7 % et 25,8 % d’écart par rapport à la tendance. Le ralentissement de la tendance pour ce type d'offres d'emploi n’est pas surprenant, étant donné que les efforts de distanciation sociale ont considérablement réduit voire empêché les consommateurs d'aller au cinéma ou au théâtre, ou d’accueillir du personnel chez eux.   Toutes les catégories d'emploi ne sont cependant pas orientées à la baisse. Les offres d'emploi pour des titres tels que chauffeur ou cariste dans la logistique et le transport augmentent plus rapidement cette année, de 4,8 % par rapport à 2019. Les médias et les télécoms, ainsi que la beauté et le bien-être, affichent de forte augmentations en tendance par rapport à l’année dernière, avec respectivement 21,3 % et 27,8 % en plus. Enfin, c’est chez les infirmiers, en première ligne dans la lutte contre la pandémie, que la tendance a le plus augmenté : +59,8 % par rapport à l’année dernière.

A découvrir

Alexandre Judes

Alexandre Judes est économiste chez Indeed depuis 2017. Il a pour mission d’analyser le marché français et représente en France le « Hiring Lab », l’institut de recherche d’Indeed qui réfléchit sur l’avenir du travail et de l’emploi dans le monde. Diplômé de l’ENSAE ParisTech en 2011, Alexandre a occupé le poste d’économiste chez Coe-Rexecode pendant quatre ans, où il était notamment en charge des sujets liés à l’économie numérique. Il a commencé sa carrière dans le secteur économique et financier, où il a occupé divers postes entre 2008 et 2012 au sein d’administrations (Direction générale du Trésor), de cabinets de conseil (Olivier Wyman), et de banques/assurances (Rothschild, Société Générale, BNP Paribas, Axa).