Coronavirus : immobilier, fuel, prêt de l'État, les réponses à vos questions

15 %
Le marché de l'immobilier pourrait voir ses prix baisser de 10 à 15%.

Comme tous les jours, je réponds à vos questions liées à la crise du coronavirus. 

Le marché immobilier va-t-il s'écrouler ?

S’effondrer, non, mais les prix devraient chuter dans beaucoup d’endroits. On parle de 10 à 15% de baisse des prix. Mais surtout, les biens de “second choix”, qui arrivaient jusqu’ici à trouver preneur, vont devenir invendables pendant plusieurs mois voire plusieurs années, même bradés.    

Je me chauffe au fuel domestique ou au gaz naturel, j'entends que les prix du pétrole brut ont énormément baissé : dois-je faire le plein de ma cuve maintenant ou attendre ?

Le prix du fuel domestique est tombé à 75 centimes, or, voici encore quelques semaines on payait 15 centimes de plus par litre. Il peut encore baisser mais honnêtement, déjà à ce prix là, vous faites une affaire. Pour le gaz naturel en citerne, le prix est souvent figé à l’année dans les contrats, mais vous pouvez négocier ou menacer d’aller chez un concurrent pour obtenir un meilleur prix. Enfin, pour ceux qui se chauffent au gaz de ville, les tarifs réglementés, calculés à partir du prix du pétrole brut, vont sûrement plonger, vous en profiterez à partir du mois d’avril. 

Comment va fonctionner le PGE, le prêt garanti par l’État, accessible à toutes les entreprises même les plus petites ?

On en connaît enfin les contours depuis hier. Il devrait permettre de sauver des dizaines de milliers de PME et des centaines de milliers d’emplois. Son taux d’intérêt sera fixé à 0% pendant 1 an, et il n’y aura rien à rembourser la première année, le temps, espère-t-on à Bercy, de se retourner.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).