Coronavirus : 1.100 milliards de dollars de PIB mondial perdus ?

2,2 %
La crise économique de 2008 avait fait reculer le PIB mondial de 2,2%
en 2009.

Il faudra des mois voir des années après que la crise sanitaire se soit résolue pour connaître l’impact réel de la pandémie de coronavirus Covid-19 sur l’économie mondiale. Les premières estimations, tombent, que ce soit pour un secteur en particulier, un pays ou bien au niveau mondial. Justes ou erronées, surévaluées ou sous-évaluées, une chose est sûre : le coronavirus va faire très mal !

Deux scénarios pour la même catastrophe : une pandémie en Asie et une pandémie mondiale

Le cabinet d’analyse Oxford Economics a publié ses propres estimations le 19 février 2020 en distinguant deux scénarios. Les deux auront une conséquence majeure sur l’économie, mais le deuxième a de quoi fortement inquiéter le monde entier.

Dans le premier cas, Oxford Economics se veut optimiste : le coronavirus Covid-19 ne causerait qu’une « pandémie asiatique », ce qui signifie que le virus resterait confiné sur le continent, ne touchant gravement que la Chine et quelques pays voisins. Dans ce cas-là, il va faire mal, mais les prévisions de l’impact du virus sur l’économie mondiale restent conformes aux estimations déjà publiées.

Si la pandémie n’est qu’asiatique, selon le cabinet, le PIB mondial pourrait perdre 400 milliards de dollars, soit une baisse de 0,5% de la croissance sur l’année 2020.

La zone euro et les États-Unis en récession dans le pire des cas ?

Alors que le virus a dépassé les 76.700 cas de contamination confirmés dans le monde et a causé la mort de 2.247 personnes au 21 février 2020, Oxford Economics a analysé l’impact sur l’économie mondiale d’une pandémie globale, le pire scénario possible. Dans ce cas, ce pourrait être une véritable catastrophe.

Le PIB mondial, dans le cas d’une pandémie au niveau de la planète, perdrait 1.100 milliards de dollars sur l’année 2020 seulement, sans compter l’impact à long terme d’une telle situation. Si la situation n'est pas équivalente à la crise de 2008-2009, le PIB mondial avait alors reculé de 2,2% en 2009, Oxford Economics prévoit le pire : un recul du PIB de 1,3% en 2020.

L’impact, global, mettrait un frein à la reprise économique en cours dans l’ensemble des pays occidentaux qui sortent à peine de la crise de 2008-2009 en termes de croissance, qui reste malgré tout fragile. Ainsi, c’est simple : la zone euro et les États-Unis, dans ce deuxième scénario, tomberaient à nouveau en récession.


A découvrir