Numérique : il manque une pédagogie à la formation en ligne

3 036
On comptait fin 2014, 3 036 MOOC dans le monde entier.

La formation en ligne, timidement apparue au milieu des années mille neuf cent quatre-vingt-dix, au travers de la formation à distance par classe virtuelle; puis matérialisée quelques temps plus tard par la e-formation et plus récemment confirmée par la formation dite digitale et par les MOOC(Massive Open Online Courses), devait résoudre tous les problèmes.

Mais, à l'instar de ce qui s'était passé dix ans plus tôt, avec ce que l'on appelait dans les années quatre vingt, l'Enseignement assisté par ordinateur (EAO),sont apparues quelques déceptions : appauvrissement de l'offre et de la qualité des cours, problèmes pédagogiques, isolement des étudiants ...

 

Les limites des cours en ligne

En fait, comme souvent dans le cas d'une activité à croissance rapide une certaine confusion s'est installée quand à la définition exacte des cours en ligne, leur intérêt et leurs limites.

Un peu comme si l'on avait oublié que la formation, quel que soit le canal qu'elle emprunte, s'adresse à des personnes et que ces personnes acquièrent de nouvelles connaissances et de nouveaux comportements suivant un processus biologique immuable qui se produit dans le cerveau. Oublié, aussi, que le changement de comportement observable et persistant, par lequel peut d'ailleurs se définir l’apprentissage, se nourrit d’informations venues de l’environnement du formé via ses cinq sens, en particulier par la vue et l’ouïe.

 


Cours en ligne : apprendre à enseigner

Or, nos sens sont les mêmes depuis quelques millénaires et, sauf événement extraordinaire, le resteront pour quelques temps encore. Aussi, prétendre, comme certains en éprouvent le besoin, qu’il existerait une nouvelle pédagogie propre à la formation à distance ou à la e-formation ou à l’accompagnement ou à la formation digitale ou aux MOOC est aussi incongru que prétendre que la généralisation des calculettes impliquerait que l’on revisite la table de multiplications ou que l’on modernise la règle de trois (?!).

En fait, si la bonne connaissance d'un thème est un atout primordial pour l’enseigner cette connaissance n’est pas toujours suffisante pour former efficacement. Il peut même arriver à un spécialiste de se laisser emporter par sa passion et d'en d'oublier son auditoire. Au quel cas le message −même très documenté, même parfaitement maîtrisé− devient insignifiant, faute de réappropriation par les intéressés.

 

Les fondamentaux de la pédagogie

De tout ceci retenons au moins une chose : outre la connaissance du sujet que l'on enseigne, la pédagogie s’apprend et quel que soit le mode d'enseignement, quel que soit le canal emprunté, il est indispensable de s'appuyer sur les fondamentaux de la pédagogie pour répondre aux besoins qu'éprouvent les apprenants, avec :

– Un accueil qui instaure une véritable et sincère relation pédagogique ;

– Des objectifs clairs et réalistes pour donner envie d’atteindre la cible ;

– Des évaluations de l'apprentissage qui mesurent la progression de chacun pour en tirer partie ;

– Des techniques pédagogiques suffisamment variées pour ne pas lasser ;

– Une saine gestion des événements teintée de confiance et de respect ;

– Un soin particulier apporté à la communication orale, écrite et visuelle ;

– L’évaluation de l'enseignement de chaque session pour améliorer encore les suivantes.

Alain Astouric

Alain Astouric est spécialiste de la communication et des relations interpersonnelles. Il a été ingénieur conseil en pédagogie, Conseil en management d'équipes et Conseiller en communication.

Il est l'auteur de :
- "La tyrannie du marketing" (Editions è®e);
- "Réussir vos interventions de formation";
- "Le management durable";
- "Encadrer une équipe(Chronique Sociale)", et
- "La politique de Sécurité-Spectacle des radars, ronds-points et ralentisseurs"

Son site: http://astouric.icioula.org/

ECO DIGEST

Evadés fiscaux : il ne sera bientôt plus possible de régulariser sa situation

Impôts : Bercy peine à mettre au point le prélèvement à la source

Les députés refusent le contrôle de leur frais professionnels