Alimentation et inflation : le lait va-t-il coûter plus cher en 2022 ?

1,9 %
L'inflation en août 2021 a atteint 1,9% sur un an en France.

Le budget des ménages est menacé, et continue de l’être : l’inflation atteint des niveaux record depuis des années, avec le potentiel de déclencher une hausse anticipée du SMIC, et des pénuries font grimper les prix de certains produits courants et moins courants. Dans l’alimentaire aussi, la situation est tendue… et ne devrait guère s’améliorer.

Des hausses à n’en plus finir pour le budget des ménages

La plus significative et celle qui va coûter le plus cher est sans aucun doute la hausse du prix de l’énergie, et tout particulièrement du gaz. Depuis le début de l’année 2021, le prix des tarifs réglementés augmente chaque mois, atteignant pour septembre 2021 plus de 15% de plus que le niveau de janvier 2019.

Mais ce n’est pas la seule annonce de hausses que les ménages ont entendue depuis la reprise de l’économie : outre les pénuries de composants électroniques et semi-conducteurs, qui causent des problèmes de production et une hausse des prix de vente, le café est annoncé en augmentation, comme les pâtes.

Ainsi, en juillet 2021, l’Insee annonçait que les prix des produits d’alimentation, d’alcool et de tabac avait grimpé de 8,2% sur un an. Et les mauvaises nouvelles continuent.

Au tour de la filière laitière de demander une hausse des prix

Comme le reste des matières premières agricoles, le lait aussi subit la pression de la hausse des prix. Ainsi, Damien Lacombe, président de la Coopération laitière et patron de Sodiaal, explique au journal Le Figaro qu’il va falloir augmenter les prix de vente. « Que ce soit au niveau de la production ou de la transformation, il faut que l’on augmente de 5 à 7% nos tarifs pour compenser la hausse des matières premières depuis un an. »

Et si les consommateurs espèrent y échapper, ce ne sera potentiellement pas le cas : « si cette inflation n’est pas supportée au moins en partie par le consommateur, l’effet sur le revenu des producteurs ne sera que temporaire ».

Les industriels du secteur des produits laitiers frais (donc transformés) espèrent également qu’en 2022 une hausse des prix entre 4% et 6% aura lieu, supportée là aussi en partie par le consommateur.


A découvrir