La Covid-19 a déjà coûté 170 milliards à la France... et ce n'est pas fini

160 MILLIARDS €
La Covid-19 en 2020 aura coûté plus de 160 milliards d'euros.

Combien a coûté, en 2020, la crise de la Covid-19 qui, rappelons-le, n’a commencé à être prise au sérieux que début mars et n’aura donc pas entraîné de surcoût sur les deux premiers mois de l’année ? Olivier Dussopt, ministre des Comptes publics, a donné une première réponse aux sénateurs mercredi 17 mars 2021. La « grippette » a coûté très cher.

Entre 160 et 170 milliards d’euros dépensés pour la Covid-19 en 2020

Le calcul n’est pas précis, et pour cause : les dépenses sont multiples. Mais surtout, comme l’a précisé Olivier Dussopt au Sénat, « ce chiffre n'était pas définitif car nous sommes encore dans la crise sanitaire et épidémique ». La facture de la Covid-19 va donc continuer de grimper, aussi longtemps que des mesures sanitaires seront prises, autant sur le plan du quotidien des Français que sur le plan des entreprises.

Néanmoins, pour les 10 mois de crise de 2020, c’est simple : les dépenses de l’État ont été d’un montant entre 160 à 170 milliards d’euros, soit entre 16 et 17 milliards d’euros par mois entre mars et décembre. La bonne nouvelle, c’est que le gouvernement avait estimé le coût de la crise en 2020 à plus de 185 milliards d’euros… et donc la facture est un peu moins élevée. La mauvaise nouvelle est que la crise n’est pas terminée… et que cette dette il faudra la rembourser.

Deux fois plus d’argent pour les salariés que pour la santé

Concernant les sommes mobilisées, Olivier Dussopt a dévoilé que ce sont les salariés qui ont touché le plus d’argent : contraints de rester chez eux durant les deux confinements et ayant vu des pans entiers de l’économie être arrêtés, ils auront coûté 27,6 milliards d’euros à l’État, essentiellement par le biais du chômage partiel pris en charge à 100%. Le fonds de solidarité dédié aux entreprises aura, lui, atteint 15,9 milliards en 2020.

Mais alors que la crise est sanitaire, un chiffre étonne : les dépenses mobilisées pour la santé auront été de seulement 14,2 milliards d’euros, soit moitié moins que pour les salaires.


A découvrir