Ile-de-France : le covoiturage restera subventionné jusqu'en juin 2018

24 %
24 % des trajets covoiturés via la plateforme Karos dans le cadre de
l'opération de subventionnement étaient inférieurs à 10 km.

Nouveau cadeau pour les Franciliens qui ont pris l’habitude de faire appel au covoiturage pour aller travailler ! Après trois mois d’expérimentation, Ile-de-France Mobilités, l’autorité organisatrice des transports dans la région éponyme, reconduit le subventionnement des sociétés de covoiturage pour six mois supplémentaires.

Ile-de-France Mobilités incite les sociétés de covoiturage à recruter de nouveaux membres

Après trois mois d’expérimentation, Ile-de-France Mobilités est donc prête à reconduire son dispositif de subventionnement du covoiturage jusqu’en juin 2018. Concrètement, l’autorité organisatrice des transports attribue aux sociétés de covoiturage une aide financière pouvant aller jusqu’à 50 000 euros, une aide qu’ils doivent utiliser pour le développement de nouvelles offres promotionnelles visant à convertir davantage de Franciliens au covoiturage.

BlaBlaLines reverse par exemple 2 euros aux conducteurs et aux passagers pour chaque covoiturage effectué sur la période de l’opération (virement en une seule fois, à la fin de l’opération). IDVroom offre quant à lui à ses passagers une réduction de 2 euros par trajet. Si le montant à payer par le passager est inférieur à 2 euros, le trajet est considéré comme gratuit. Karos va encore plus loin : si le trajet pris en charge a coûté moins de 2 euros, le montant restant est crédité sur le compte de l’utilisateur, qui peut ainsi se faire prendre en charge une course plus coûteuse à l’avenir.

Le covoiturage est désormais complémentaire des transports en commun

Lors de la première édition de l’opération, menée sur les mois de septembre, octobre et décembre 2017, la société Karos a été la première à avoir atteint, dès le 19 décembre 2017, le nombre maximal de trajets (25 000) pour lequel une prise en charge financière est prévue. L’analyse des trajets effectués via sa plateforme dans le cadre de cette opération montre que 88 % d’entre eux ont été effectués en heure de pointe, ce qui laisse penser qu’ils relevaient effectivement de déplacements domicile-travail. Le nombre de court-voiturages effectués en moyenne par les utilisateurs actifs chaque semaine s’établit à 5,5, soit un peu plus de la moitié de leurs trajets domicile-travail.

Par ailleurs, le fait que 44 % des communes desservies par ces trajets covoiturés comptaient moins de 300 habitants par kilomètre carré prouve que le covoiturage vient en renfort aux transports en commun, lesquels desservent assez mal ces communes. Karos annonce également un fort taux de rabattement vers le réseau de transports en commun, gage de complémentarité entre le covoiturage et les transports en commun.


A découvrir