Crédit immobilier : les ménages modestes de plus en plus privés de crédit

1,21 %
Le taux moyen pour un crédit sur 20 ans s'établit à 1,21% en juillet
2020.

La publication, le 4 août 2020, de la dernière édition du baromètre Crédit Logement/CSA sur le marché des crédits immobiliers en France pour le mois de juillet 2020 annonce une bonne nouvelle : les taux sont en baisse. Mais cette baisse est simplement le résultat mécanique de ce qui est, en réalité, une mauvaise nouvelle : les ménages modestes ont de moins en moins accès au crédit.

Crédit immobilier : le taux moyen chute à 1,25%, la durée d’endettement à 224 mois

Alors que les taux des crédits immobiliers restent relativement très bas, même si depuis le début de l’année 2020 une petite hausse avait eu lieu, le baromètre Crédit Logement/CSA pour le mois de juillet 2020 dévoile que la tendance se poursuit. Après des taux moyens à 1,29% en juin 2020, ils chutent à 1,25% en juillet.

De la même manière, les Français s’endettent moins longtemps : 224 mois en moyenne, selon le baromètre en juillet 2020, contre 230 mois en juin 2020. Pour autant, ce qui semble être une bonne nouvelle pour les ménages ayant un projet immobilier, n’en est une qu’à moitié. Pour bénéficier de ces bonnes conditions, il vaut mieux avoir une bonne situation.

Une baisse mécanique liée… à des meilleurs profils

Comme l’analyse Crédit Logement/CSA, la baisse de ces données dans la production de crédit en France n’est pas liée à une volonté des banques de faciliter l’accès à la propriété. En réalité, c’est surtout lié à une amélioration des dossiers.

Ainsi, le baromètre souligne que ces données, et en particulier la réduction de la durée des crédits, témoigne « d'un recul de la part des clientèles les plus modestes et les moins bien dotées en apport personnel, qui s’endettent habituellement sur les durées les plus longues ».

Ce sont donc surtout les meilleurs profils qui, désormais, investissent dans l’immobilier. Preuve en est l’augmentation des revenus des ménages qui contractent un crédit immobilier : +2,2% sur les sept premiers mois de l’année en glissement annuel. Et surtout l’augmentation du montant de l’apport personnel qui grimpe de 8,8% sur un an.


A découvrir