Crise de l'après coronavirus : faudra-t-il payer un impôt ?

115 %
La dette française va certainement dépasser les 115% du PIB à cause de
la crise sanitaire.

Lorsque l’on discute de l’après Covid, et de la facture de la crise, beaucoup de gens craignent une augmentation des impôts. 

Contre une augmentation des impôts

Pour l’instant, le gouvernement promet qu’il n’en est pas question, sachant que quasiment tous les économistes sont pour une fois d’accord entre eux :  une augmentation des impôts, ou la création d’une taxe ou d’un impôt spécial Covid, seraient le meilleur moyen de plonger l’économie française dans un marasme encore plus profond.

De même, les rumeurs des taxations d’office des comptes bancaires, ou des livrets d’épargne, sont totalement non fondées. Il y a bien une règle qui autorise une banque à ponctionner les comptes de ses clients pour éviter la faillite, mais seulement si les comptes en question sont créditeurs de plus de 100.000 euros. Que ceux qui sont concernés lèvent la main. On s’est compris.

Réfléchir à l'avenir

Maintenant, si, avant la crise, vous réfléchissiez à changer de vie, et bien... c’est le moment de plonger. Je ne pensais pas avoir à dire cela un jour, mais oui, ce qui nous attend, ce qui est devant nous, sera beaucoup plus dur que le confinement. Il vous faut absolument mettre à profit les 3 prochains mois pour changer ce que vous pouvez changer dans votre vie.

Arrêter le contrat de leasing de la voiture et acheter une occasion en profitant des primes qui vont bientôt être annoncées est un petit pas. Déménager en est un plus grand. Une chose est sure, ce qu’il est encore possible de faire aujourd’hui, sera plus compliqué en septembre, et peut-être trop tard l’an prochain. Mettez tout à plat : travail et bien sûr revenus, scolarité des enfants, qualité de vie. Et posez-vous les bonnes questions, et surtout, osez prendre une décision, sans tarder.  


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).