Pas de crise dans l'art contemporain, ne manquez pas ce WE la FIAC et le off

70.000
Plus de 70.000 oeuvres contemporaines sont désormais échangées chaque
année aux enchères dans le monde.

Comme tous les ans à Paris, voici le week-end à ne pas manquer pour les amateurs d’art contemporain. Retrouvez les salons qui seront ouverts à Paris autour du plus célèbre d’entre eux, la FIAC.

Le marché de l’art contemporain ne connaît pas la crise : selon le rapport annuel d’ArtPrice, « plus de 70.000 œuvres contemporaines sont désormais échangées chaque année aux enchères dans le monde. C’est quasiment le nombre de transactions enregistrées pour la globalité du Marché de l’Art au début des années 1990. » On y apprend également que le chiffre d’affaires mondial (1,89 milliard de dollars) a doublé en 10 ans, qu’il y a 21.996 artistes contemporains vendus contre 10.243 il y a 10 ans, et que ce marché est accessible à tout le monde puisque la moitié des œuvres sont vendues à moins de 1.000 dollars, seulement 3% d’entre elles sont vendues plus de 100.000 dollars. Alors, bulle ou pas bulle ? Quoi qu’il en soit, le marché continue de croître régulièrement.

Justement, ce week-end à Paris est l’occasion de découvrir des milliers d’œuvres dans plusieurs salons, celui de la FIAC et du « off », une scène dont le dynamisme montre que Paris figure parmi les grandes capitales de l’art contemporain. La météo prévoit de la pluie, voici des idées de sortie !

Avec ses 200 galeries installées dans le Grand Palais, la FIAC (38 euros l’entrée) constitue l’attraction incontournable de ce week-end. Parmi les œuvres exposées, nous aurons remarqué « dans la suite des tableaux à géométrie variable, ce tableau est en vérité un film d'animation » de l’artiste français Martial Raysse, aussi long que son titre (5 mètres), à la galerie Lévy Gorvy, et qui illustre cet article, le Cyborg W10 de Lee Bul chez PKM, la fleur géante de Yayoi Kusuma chez Victoria Miro, le grand Keith Haring jaune chez Skarstedt, le superbe visage en bronze de Jaume Plensa chez Lelong, sans oublier le container transparent contenant un morceau d’une rue de Paris rempli d’ordures (Mark Dion chez In situ), ce qui est parfaitement bien vu étant donné l’état déplorable de la capitale…

Mais il ne faudra pas s’arrêter là, et juste en sortant du Grand Palais, on ne manquera pas le très intéressant Art Elysées (20 euros), installé dans une structure temporaire sur les Champs, qui présente un choix d’œuvres de grande qualité, et en face 8e avenue (20 euros) dédié à l’art urbain.

Parmi les autres salons du off, on ne manquera pas Galeristes (10 euros) au Carreau du Temple, Paris Contemporary Art Show (12 euros) qui expose 35 galeries rue de Rivoli, Paris Internationale (gratuit sur réservation) dans un superbe hôtel particulier qui donne sur le Parc Monceau, Urban Art Fair (entrée libre) rue de Turenne, et Bienvenue à la Cité internationale des Arts (gratuit sur inscription).

Enfin nous voudrions signaler deux salons ayant une forte personnalité et dont le succès croît d’année en année, avec Outsider Art Fair (15 euros) à l’Atelier Richelieu dédié à l’art brut, un segment tout à fait original et fascinant, et Asia Now (15 euros) 9 avenue Hoche, consacré à la scène asiatique, en pleine croissance.

Au total, il vous en coûtera 130 euros pour voir tous ces salons, mais trois sont entrée libre, tout de même.


A découvrir

Philippe Herlin

Philippe Herlin est économiste, Docteur en économie du Conservatoire National des Arts et Métiers, il a publié plusieurs ouvrages chez Eyrolles et rédige des chroniques hebdomadaires pour Goldbroker.

Il écrit tous les vendredis un article sur l'art et la culture vus à travers l'économie, et intervient ponctuellement sur d'autres sujets.

Son site : philippeherlin.com.