Crise du commerce de proximité : que font les pouvoirs publics ?

La consommation des ménages est l'un des moteurs traditionnels de la
croissance en France puisqu'elle contribue pour 55 % au PIB

La situation économique et sociale sans précédent, à laquelle les commerces indépendants sont confrontés, appelle une mobilisation totale pour la survie du commerce de proximité, véritable pilier économique et social structurant pour la société d'une part, et pour son renouveau au cœur des territoires d'autre part.

 

En effet, les commerces indépendants de centre-ville font partie des catégories d'entreprises les plus touchées par la crise aujourd'hui : Altares confirmait, en janvier 2014, la défaillance de 57 000 Très Petites Entreprises (TPE) pour l'année 2013. Parmi celles-ci, les sociétés commerciales représentent les deux tiers des défaillances (un chiffre en progression de 6,2 % par rapport à 2009). Dans le secteur de la distribution, les défaillances accusent également une forte hausse (+ 9,7 %).

 


Prises en étau entre une consommation en berne et une pression réglementaire et fiscale en constante augmentation, les TPE du commerce indépendant de centre-ville doivent bénéficier de mesures concrètes et immédiates.

 

En ce sens, la Fédération Nationale de l'Habillement a développé un Plan Marshall pour le commerce indépendant de centre-ville, véritable plan de redressement économique, social et sociétal à destination du commerce de proximité.

Ce plan présente 60 propositions visant à arrêter l'hémorragie en termes de défaillance et de destruction d'emplois et à adapter le secteur aux mutations en cours.

La FNH interpelle donc les pouvoirs publics nationaux et territoriaux afin qu'ils prennent en considération ces demandes, mettent rapidement en œuvre ces réformes et manifestent tout l'intérêt qu'ils portent à un secteur économique majeur de la société, dans une perspective de relance et de mobilisation pour l'emploi voulue par le Président de la République.

ECO DIGEST

Amazon obtient le feu vert des autorités pour tester la livraison par drone

Les évadés fiscaux n'auront plus une amende de 5 % à payer

Les retraités les plus modestes pourraient recevoir un coup de pouce