Crise du Covid : une création monétaire inquiétante

70 %
En 2020, la quantité de monnaie en circulation a encore été augmentée
de 70%.

Aujourd’hui, je vais vous parler de l’argent magique, ou plutôt, de la création monétaire, le plus simplement possible.

Des économies qui s'endettent

Historiquement, la monnaie est le reflet d’une création de richesse. Quand elle était en or ou en argent, la richesse était à l’intérieur. Quand les billets de banque se sont imposés, ils ont longtemps été convertibles en or. Depuis 1973, l’étalon-or, c’est terminé. Et comme par hasard, c’est depuis cette période que nos économies se mettent à déraper, et en particulier à s’endetter comme jamais dans l’histoire de l’humanité. Comment ? Tout simplement en créant de la monnaie qui ne correspond plus à aucune richesse réelle.

En 10 ans, la quantité de monnaie en circulation dans les pays de l’OCDE, en gros, dans les économies développées, a été multipliée par... 8. Rien que cette année, avec la crise sanitaire, la quantité de monnaie en circulation a encore été augmentée de, tenez-vous bien, 70%.

S'intéresser à l'économie

Je sais que j’ai déjà perdu la plupart d’entre vous, mais rassurez-vous, la plupart des hommes politiques aussi sont perdus quand on leur dit cela. En vérité, tout cela n’a rien de très rassurant. Cette création monétaire incontrôlée, qui permet de verser des indemnités ou des allocations exceptionnelles au plus grand nombre, de prêter des dizaines de milliers de milliards de dollars, d’euros, de livres, de yens, de yuans, à tous ceux qui en ont besoin, est très inquiétante.

Tout ça pour vous dire que s’il y a un moment dans votre vie où vous devez vous intéresser un peu à l’économie, c’est maintenant. Je m’engage bien évidemment à vous expliquer régulièrement tout ce qui aura besoin d’être expliqué.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).