Crise économique : avez-vous pensé à devenir micro-entrepreneur ?

70.000 euros
Pour les prestations de services, le plafond du chiffre d'affaires ne
doit pas excéder 70.000 euros.

Défiant toutes les prévisions, le nombre de créations d’entreprises est resté étonnamment élevé pendant, et surtout après le confinement, et la tendance ne se dément pas.

Pourquoi devenir micro-entrepreneur ?

À cela, il y a au moins une explication : l’engouement pour le statut de micro-entrepreneur, anciennement auto-entrepreneur, dont les plafonds de chiffres d’affaires ont été augmentés depuis deux ans. Ils sont désormais de 170.000 euros pour les activités commerciales, de restauration et d'hébergement, et de 70.000 euros pour les activités de service, donc, sans achat de marchandises.

Si je vous en parle aujourd’hui, c’est évidemment parce que le statut de micro-entrepreneur est à considérer par tous ceux qui risquent de perdre leur emploi dans les prochains mois, ou encore, qui ne parviendront pas à en décrocher un. Il existe en effet un dispositif d’aide méconnu appelé Aide à la création ou à la reprise d’une entreprise, dont l’acronyme est Acre. Or, ce dispositif est très intéressant, puisqu’il est exonéré quasiment de toutes les cotisations sociales pour ceux qui en font la demande, pendant une durée de 12 mois.

Bénéficier de l'Acre 

Mieux encore, vous pouvez bénéficier de l’Acre même si vous êtes indemnisé par Pôle Emploi, si vous touchez l’allocation de retour à l’emploi, ou encore l’allocation de solidarité spécifique. Bien entendu, l’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise fonctionne également avec d’autres statuts d’entreprise, même quand on s’associe à d’autres pour créer ou reprendre, sous conditions toutefois.

Ce genre de dispositif permet réellement à une jeune entreprise de se lancer, en lui évitant de crouler sous le poids des charges et des cotisations. Attention en revanche : au bout d’un an, il faudra commencer à les payer. 


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).