Sapin : "à partir de 1% de croissance on recrée de l'emploi"

1,5 %
Les économistes estiment qu'il faut au moins une croissance de 1,5% en
France pour que des emplois soient créés.

Il aura fallu très peu de temps au gouvernement pour se féliciter des chiffres de la croissance française publiés par l'Insee ce vendredi 13 février 2015, même si en réalité 0,4% de croissance en 2014 ce n'est pas grand-chose. Premier à se prononcer, Michel Sapin, qui estime que la situation est propice à la création d'emplois dès 2015, notamment si les 1% de croissance prévus par le gouvernement cette année sont atteints.

Des signaux économiques "encourageants"

Aussitôt publiés, aussitôt encensés : les chiffres de la croissance de 2014. +0,4% selon les premières estimations de l'Insee pour 2014 qui a revu également à la hausse la croissance de 2013 à 0,4%, soit 0,1 point de plus.

Naturellement, la première chose dont se félicite Michel Sapin est que le gouvernement a vu juste, pour une fois "En 2014, la croissance aura été de 0,4%, comme nous l’avions prévu et annoncé dès la fin de l’été". Ou pas, car en 2013 ce même gouvernement prévoyait 1% de croissance en 2014. Mais qui ne change pas d'avis ?

Et si Michel Sapin conçoit que cette croissance soit "encore trop faible", il reste optimiste : " les conditions sont réunies pour permettre un redémarrage plus net de l’activité en 2015". Va-t-on donc créer des emplois ? Selon Michel Sapin oui, mais ce n'est pas si sûr.

Quelle croissance pour est nécessaire la création d'emplois ?

Michel Sapin se veut donc optimiste : "je pense qu'à partir de 1% on recrée de l'emploi" a-t-il déclaré sur i-Télé ce vendredi 13 février 2015. Une thèse qui n'est toutefois pas partagée par les économistes.

Selon la loi d'Okun, du nom de l'économiste Arthur d'Okun qui l'a proposée en 1962, en France la création d'emplois ne se réalise qu'à partir de 1,5% de croissance. Qui a raison ? Le gouvernement, bien entendu :

"Les économistes se trompent comme tout le monde" a en effet déclaré le ministre des Finances. L'avenir nous le dira...


A découvrir