Croissance : l'incroyable écart entre les prévisions de Hollande et les données de l'Insee

1,1 %
La croissance en France a été de 1,1 % en 2016.

Ce titre n’est pas de moi mais du très sérieux magazine Challenges ! C’est dire, donc, si le mamamouchi élyséen s’est égaré dans des prévisions quelques peu hasardeuses.

Remarquez, cela ne concerne pas que la croissance ! Il voulait aussi inverser la courbe du chômage, faire un choc de compétitivité ou encore un choc de simplification.

Bref, au bout de 5 ans, voir ce garçon faire ses valises pour repartir à Tulles est bien la seule nouvelle de nature à redonner le sourire aux masses laborieuses.

Une nouvelle fois, les prévisions de croissance étaient fausses !

La croissance du Produit intérieur brut (PIB) a atteint 1,1 % en France en 2016 a annoncé ce mardi 31 janvier l’Insee, la moitié de ce que prévoyait François Hollande dans son programme en 2012 puisque sa prévision s’établissait à 2,25 % !!

Peu importe, en fait, les prévisions. La réalité c’est que tous les ans, c’est le même scénario qui se répète, inlassablement, depuis maintenant 10 ans, et cela non seulement n’émeut personne, mais le pire c’est que lorsque vous parlez de ce phénomène, on vous regarde comme si vous sortiez de l’asile économique et qu’il fallait vite vous mettre une camisole de politiquement correct pour que vous n’effrayiez pas une population que le système cherche à tout prix à endormir.

Chaque début d’année, on vous annonce une reprise forte. Tous les trimestres, on abaisse progressivement et tout doucement le niveau des prévisions. Puis à la fin de l’année, on fait un dernier rajustement pour globalement coller à la réalité.

Enfin, on fait de nouvelles prévisions dithyrambiques pour la nouvelle année à venir qui verra enfin le retour de la croissance tant attendue… et puis tout recommence comme l’année d’avant avec des prévisions revues en baisse tous les trois mois.

Lorsque vous dites sur un plateau que les prévisions sont excessivement optimistes parce qu’il n’y a pas de croissance, on vous « cassera » en vous taxant immédiatement de « pessimiste » ou de « décliniste »… même si vous expliquez que tous les ans, il se passe la même chose et que cette année ne sera pas si différente des autres.

D’ailleurs, je peux déjà vous dire que la dynamique de croissance pour la France en 2017 sera au mieux pas terrible et au pire totalement pourrie pour la simple et bonne raison que le dynamisme économique mondial n’est pas redoutable, que les risques de crise sont cette année très importants et les facteurs d’inquiétudes assez nombreux.

Préparez-vous à continuer à vivre dans un monde sans croissance !

Le problème de ce mensonge global sur la croissance c’est qu’il vous empêche de vous préparer comme vous devriez le faire.

Oui nous sommes dans un monde sans croissance. Elle ne reviendra pas. Alors plus que jamais, à titre individuel ou pour vos enfants et vos proches, vous devez adopter des stratégies d’employabilité, patrimoniales ou de vie vous permettant de vous en tirer et de faire face aux aléas de ce monde incertain.

Visez l’accumulation de savoir-faire, de techniques et le désendettement afin d’être le plus libre et le plus résilient possible. Tant mieux si tout va mieux que bien ! Nous serons tous heureux et nous nagerons collectivement dans la félicité, mais mon petit doigt me dit qu’il est tout de même plus prudent de se préparer à l’inverse.

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.