Le gouvernement croit de moins en moins aux 6% de croissance en 2021

0,5 %
Le FMI a baissé la prévision de croissance pour la France en 2021 de
0,5%.

Le 27 janvier 2021, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, était auditionné par le Sénat. Il est revenu sur l’hypothèse, prévue dans le Budget 2021, d’une croissance de 6% en France, qui viendrait à la suite de la récession record de 2020 sur fond de crise sanitaire. Déjà en décembre 2020, le ministre de l’Économie semblait ne pas croire à cette éventualité. Désormais, elle « s’éloigne ».

6% de croissance : un scénario qui « n’est plus le plus probable »

La pandémie de Covid-19 n’évolue pas dans le sens prévu et espéré par le gouvernement : loin d’avoir atteint les 5.000 cas en 24 heures au 15 décembre 2020, le virus se propage en réalité bien plus rapidement et le nombre de contaminations augmente. Le 27 janvier 2021, Santé Publique France a recensé près de 27.000 nouveaux cas sur le territoire, et désormais l’hypothèse d’un troisième confinement généralisé de la population française semble de plus en plus proche de devenir réalité.

Dans ce contexte, Bruno Le Maire a déclaré aux Sénateurs que l’hypothèse d’une croissance qui atteindrait 6% en 2021 n’est « plus la plus probable ». Pire : elle « s’éloigne à mesure que la situation sanitaire reste préoccupante ».

En cause, bien évidemment, le troisième confinement qui va peser une nouvelle fois sur l’économie française, ainsi que la campagne de vaccination qui ne cesse de connaître des problèmes. Pfizer, et ensuite AstraZeneca, ont annoncé des retards dans les livraisons du premier trimestre 2021, ce qui va ralentir la distribution des doses partout en Europe.

Le FMI craint également une reprise plus lente

Les déclarations de Bruno Le Maire sont malheureusement concordes avec les estimations de croissance publiées le 26 janvier 2021 par le Fonds Monétaire International qui a revu à la baisse les prévisions de croissance pour la Zone euro, et donc pour la France.

En octobre 2020, comme Bruno Le Maire, le FMI prévoyait pour l’Hexagone une croissance de 6% en 2021. Mais la situation s’étant dégradée, l’institution a revu à la baisse de 0,5% ses prévisions de croissance et ne table désormais plus que sur 5,5%.


A découvrir