La croissance mondiale devrait être limitée à 3,6% en 2022

2,9 %
En France, le FMI s'attend à une croissance de tout juste 2,9% en
2022.

La croissance mondiale devrait s’établir à tout juste 3,6% en 2022 et 2023, après 6,1% en 2021, anticipe le Fonds monétaire international (FMI) dans la dernière publication de ses prévisions économiques.

En zone euro, la croissance est désormais prévue à 2,8%

La guerre russo-ukrainienne bouleverse les chaînes d’approvisionnement, renchérit les denrées alimentaires et accélère l’inflation. Conséquence : la croissance sera inévitablement bridée en 2022 : 3,6% seulement contre les 4,4% anticipés en janvier 2022, estime désormais le Fonds monétaire international (FMI). Une croissance de 3,6% maximum devrait encore être au rendez-vous en 2023, avant un ralentissement durable à 3,3% au-delà, estime l’institution.

En zone euro, la croissance devrait s’établir à 2,8%, contre les 3,9% anticipés en janvier 2022. En Allemagne, locomotive européenne, elle est désormais prévue à tout juste 2,1%, contre les 2,9% anticipés en janvier 2022. La France, elle, dégringole de manière spectaculaire, avec une croissance de tout juste 2,9% anticipée en 2022, puis 1,4% en 2023. Cela, après une croissance de 7% en 2021.

L’inflation devrait s’accélérer encore, partout dans le monde

Quant à l’inflation, après 3,1% en 2021, elle devrait s’établir à 5,7% en moyenne dans les pays riches. Là aussi, le FMI relève son estimation : en janvier 2022, il l’anticipait à tout juste 3,9%. Les pays émergents et en voie de développement devraient connaître une inflation de 8,7% (contre 5,9% estimés en janvier 2022).

Cette perspective ne présage rien de bon dans la mesure où, non seulement les prix des denrées alimentaires augmenteront encore, compliquant encore la vie des plus pauvres, mais les banques centrales seront-elles aussi obligées de relever leurs taux directeurs, compliquant ainsi l’accès des entreprises et des ménages au crédit.


A découvrir