La croissance mondiale toujours en danger

0,3
L'indice PMI de l'industrie mondiale a perdu 0,3 point en avril,
tombant à 50,3, un plus bas depuis juin 2016.

Les mois se suivent et se ressemblent sur le front de la croissance mondiale : de plus en plus de pays tombent en récession industrielle et la résistance des services s’émousse, affaiblissant les perspectives d’activité globale.

Voici le fichier pdf :

 EconomicWorld130519

En avril 2019, 34 pays sont en danger industriel.

Pour visualiser le tableau, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Markit, ACDEFI

Le tableau ci-avant des indices PMI des directeurs d’achat dans l’industrie que nous mettons à jour chaque mois se teinte de plus en plus en rouge et ocre. De quoi confirmer que l’activité industrielle est de plus en plus fragile à travers la planète. 34 pays sont ainsi en danger industriel : 17 déjà en récession et 17 autres en sont très proches.

L’indice PMI de l’industrie mondiale a perdu 0,3 point en avril, tombant à 50,3, un plus bas depuis juin 2016.

Comme en mars, l’industrie allemande reste la plus mal lotie, mais d’autres pays qui semblaient en voie d’amélioration ou très loin de la baisse de l’activité s’en (r)approchent dangereusement. Citons par exemple la Suisse, la Russie, l’Australie ou encore le Canada.

De même, après une nette remontée fin 2018 et début 2019, les indices des directeurs d’achat en Inde repartent en forte baisse, tant dans l’industrie que dans les services. Avec des niveaux de respectivement 51,8 et 51,0, ils confirment que la croissance indienne ne fera pas de miracle en 2019, même si elle restera proche des 6,5 %.

L’économie indienne de nouveau confrontée au ralentissement de sa croissance.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : Mospi, Nikkei, ACDEFI

La déception est encore plus franche au Brésil, où après une forte amélioration depuis l’automne 2018, les indicateurs des directeurs d’achat ont fortement baissé en mars et surtout en avril.

Dans l’industrie, l’indice Markit PMI est ainsi passé de 53,4 en février à désormais 51,5, un plus bas depuis octobre 2018. Dans les services, c’est pire, puisque l’indice correspondant est tombé sous la barre des 50, à 49,9 précisément, un plancher depuis septembre 2018.

Autrement dit, la croissance brésilienne devrait se stabiliser autour de 1 %, ce qui est certes correct, mais encore loin de pouvoir permettre le rattrapage de la faiblesse économique de 2015-2018.

La croissance brésilienne repart déjà à la baisse.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : IBGE, Markit, ACDEFI

En Chine, l’industrie est aussi repartie en zone rouge, tandis que les services ont continué de résister, avec des indices Caixin PMI de respectivement 50,1 et 54,5. De quoi confirmer que la croissance chinoise devrait se stabiliser autour des 6,5 % cette année.

Activité en Chine : l’industrie souffre, les services résistent.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : NBSC, Caixin, ACDEFI

Une perspective qui reste néanmoins hypothéquée par l’évolution du commerce extérieur chinois. En avril, l’excédent commercial de l’Empire du milieu a ainsi replongé, passant de 32,67 milliards de dollars en mars à désormais 13,84 milliards de dollars. Sur douze mois, il atteint un niveau de 379,65 milliards de dollars, ce qui est certes mieux que le plancher de 357 milliards de dollars de février dernier, mais toujours très loin que les 600 milliards de dollars qui prévalaient encore en 2016.

L’excédent commercial chinois repart à la baisse.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : NBSC, ACDEFI

Et pendant ce temps, la « job machine » américaine a continué de tourner à plein, permettant au taux de chômage de l’Oncle Sam de tomber à 3,6 %, un plancher depuis décembre 1969.

Le taux de chômage américain au plus bas depuis 1969.

Pour visualiser le graphique, merci de consulter le fichier pdf

Sources : BEA, BLS, ACDEFI

Autrement dit, le monde émergent et l’Europe continuent de ralentir, mais les Etats-Unis ne veulent toujours pas s’arrêter…

Article écrit par Marc Touati ici


A découvrir