Les brasseurs de bière allemands inquiets... par le gaz de schiste

2300 milliards de mètres cubes de gaz de schiste reposent dans le
sous-sol allemand. Leur possible extraction inquiète les brasseurs de
bière du pays.

La technique de fracturation hydraulique est souvent critiquée pour la possible pollution des nappes phréatiques qu'elle impliquerait, et ce malgré l'absence de données certaines sur le sujet. La guilde des brasseurs de bière allemands s'inquiète à son tour d'une possible extraction des gaz de schiste dans leur pays.

Bien que la dernière étude en date n'ait pas trouvé de corrélation entre l'extraction du gaz de schiste en Arkansas et la présence de méthane dans les nappes phréatiques, la possible extraction des hydrocarbures non conventionnels en Allemagne est regardée de près par les brasseurs de bière.

L'Allemagne détiendrait, dans son sous-sol, environ 2,300 milliards de mètres cubes de gaz de schiste récupérables. La consommation du pays en gaz est d'environ 86 milliards de mètres cubes par an ; environ 27 ans de consommation domestique dorment donc sous le territoire allemand, ce qui pourrait justifier une exploitation commerciale de cette ressource.

Pour comprendre pourquoi les producteurs de bière s'inquiètent de cette possible production industrielle, il faut savoir que la fédération « Brauer-Bund » applique depuis plus de 500 ans une règle d'or, la Reinheitsgebot ou, en français, le « décret sur la pureté de la bière ». Elle demande que la bière soit brassée avec seulement du malt, de l'eau, de houblon et de la levure.

En particulier, une des règles principales demande que l'eau soit « pure ». La prétendue pollution des nappes phréatiques inquiète donc, et à juste titre. Sans compter que, d'après le porte-parole de la fédération, il y a un autre sujet :

« L'eau doit être pure et plus de la moitié des brasseurs allemands utilisent des puits situés en dehors des zones qui seraient protégées par la loi étudiée par le gouvernement sur la fracturation ».

Toutefois, même si Angela Merkel et son gouvernement sont en train de travailler sur une possible extraction des hydrocarbures non conventionnels, il paraît difficile que la technique de fracturation hydraulique soit utilisée sur le territoire dans un avenir proche.

En Allemagne, en effet, les écologistes sont très puissants ce qui a entraîné le développement d'une politique énergétique très tournée vers l'énergie renouvelable. Avec les élections législatives qui approchent, elles sont prévues en septembre prochain, il paraît difficile que la chancelière promulgue une telle loi.

 Article repris du site legazdeschiste.fr, Groupe Economie Matin.


A découvrir