Impôts : Des milliers de faux avis de remboursement arrivent par mail

La France compte 36 millions de contribuables à l'impôt sur le revenu.

Alors que s'est ouverte au début du mois d'avril la traditionnelle période de déclaration de vos revenus, en vue de payer le fameux impôt en question, certains petits malins en profitent pour inonder les boîtes mail de faux avis de remboursement. Attention, méfiance.

 

Peut-être avez-vous même personnellement reçu un tel "fake", selon l'expression à la mode.

De faux mails de remboursement d'impôt en circulation

Depuis le 16 avril dernier, date d'ouverture des déclarations de revenus en ligne, certains contribuables ont pu recevoir un courriel douteux, leur affirmant qu'ils bénéficiaient d'un remboursement d'impôt. Evidemment, il s'agit d'une arnaque à laquelle il ne faut pas donner suite. Economiematin.fr vous donne les conseils pour reconnaître le vrai du faux.

Une fausse proposition de remboursement de 178,80 euros

Comment reconnaît-on un tel mail ? L'orthographe et la syntaxe, tout d'abord. Les moins méfiants, ou les plus distraits, n'y prêteront sans doute qu'une légère attention, mais en lisant bien, on peut tout de suite se rendre compte de la supercherie. Le mail en question proposait la chose suivante : "Après les derniers calculs annuels de l'exercice de votre activité, nous avons déterminé que vous êtes admissibles à recevoir un remboursement d'impôts de €178,80". Cela ne veut évidemment rien dire, et l'emploi des mots est plus que suspect.

Une syntaxe et une orthographe plus que douteuse

C'est encore plus fragment dans la suite du courriel. "S'il vous plaît soumettre la demande de remboursement d'impôts et nous permettre 07 jours ouvrables pour le traitement de votre dossier", et plus loin "un remboursement peut être retardé pour diverses raisons. Par exemple la soumission des dossiers non valides ou inscription après la date limite". L'administration fiscale française, même si elle n'est pas réputée pour la vitesse de ses remboursements, s'acquitte en général des sommes à rendre. Ici, le faux courriel vous prévient même de la possible lenteur du remboursement. Et pour cause, vous ne verriez même pas la couleur de l'argent dans ce cas !

Une arnaque qui commence à dater, mais qui peut coûter cher

Cette syntaxe devrait mettre la puce à l'oreille des contribuables, malgré la présence du logo de la République française, et la signature d'un "conciliateur fiscal adjoint, Philippe Berger", une personne qui en fait… n'existe pas. Cette technique dite du "phishing" n'est pas récente. Le même courrier avait été envoyé l'an dernier. L'arnaque n'est donc pas nouvelle, mais pourrait vous coûter cher si jamais vous y répondiez… Méfiance ! 


A découvrir