Déconfinement : les aides exceptionnelles se réduisent

1500 €
Les indépendants peuvent demander une aide de 1.500 euros pour
compenser les pertes liées au coronavirus.

Maintenant que le déconfinement est bien avancé, et qu’une grande partie des activités économiques redémarrent, malgré parfois de lourdes contraintes, les mesures de soutien exceptionnelles s’éteignent progressivement.

Plus d'aide pour les chômeurs en fin de droits

Dans la liste figure l’allocation exceptionnelle versée aux centaines de milliers de chômeurs arrivés en fin de droits juste avant ou pendant la crise. Cette allocation, du montant de leurs anciens droits au chômage, leur a été versée pour le mois de mai, mais pour juin, c’est désormais acté, ils ne toucheront plus rien. Ils doivent maintenant demander le RSA, s’ils ne retrouvent pas d’emploi rapidement.

Pour les petites entreprises, les indépendants et les micro-entrepreneurs, l’aide mensuelle de 1.500 euros maximum est reconduite pour le mois de mai : il faut en faire la demande maintenant, en communiquant son chiffre d’affaires de mai 2020, comparé à celui de 2019. En revanche, là encore, pour juin, rien ne dit pour l’instant que l’aide sera reconduite, en vertu du déconfinement avancé.

Une aide versée à plus de 4 millions de foyers

Quant à l’aide exceptionnelle de solidarité versée ces derniers jours aux bénéficiaires du RSA, de l’ASS, et aux bénéficiaires des APL ayant encore des enfants à charge, même chose : versée à plus de 4 millions de foyers, elle a été conçue pour être ponctuelle, et non récurrente. Journaliste économique, je sais que les temps sont durs, et je suis désolé de vous annoncer qu’ils vont l’être encore plus. Mais c’est aussi mon boulot de parler vrai.

Vu la crise qui se profile, dites-vous que d’autres aides exceptionnelles vont être mises en place, et qu’elles seront, pour certaines, pérennisées. Quoi qu’il en coûte, comme dirait le Président. 


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).