Déconfinement : attention à l'arnaque aux bons d'achat

140 €
Des arnaques proposent des bons d'achat de 140 euros chez Leclerc.

Si l’activité économique est loin d’avoir repris son niveau d’avant la crise, les arnaqueurs, eux, ont repris le travail. Depuis le début de la semaine, les réseaux sociaux relaient massivement des pseudos bons d’achat valables chez Leclerc.

Une arnaque aux bons d'achat

Des bons d’achat de 140 euros, attribués à ceux qui partagent la publicité, ont spécialement été imaginés pour la sortie de crise. Bien évidemment, l’enseigne Leclerc n’est absolument pour rien dans cette affaire, puisqu’il s’agit d’une arnaque, une tentative de phishing.

Si vous suivez le lien et répondez au questionnaire censé vous permettre d’obtenir le bon d’achat, on vous demandera à la fin votre numéro de carte bancaire, soi-disant pour vérifier votre identité. D’autres distributeurs sont régulièrement victimes de cette usurpation de notoriété, aussi bien Lidl que Auchan, pour ne citer que ceux-là. Soyez donc vigilants.

Des bons d'achat directement sur le site des enseignes

Mais sachez aussi que des promotions et des bons d’achat, sont proposés par la plupart des grandes enseignes sur Internet ! Encore faut-il aller les chercher sur leur site directement ou suivre les comptes officiels relayant ces promotions, sur Twitter ou sur Facebook.

En revanche, ne rêvez pas à des bons d’achat mirobolants. 140 euros, c’est totalement irréaliste. Les offres de bons d’achat sont toujours de 5 ou 10 euros offerts avec un minimum d’achat à réaliser. Si toutefois, vous pensez avoir été victime d’une arnaque, ou détectez une offre qui vous paraît bizarre : n’oubliez pas que vous pouvez saisir la Répression des Fraudes sur Internet-signalement.gouv.fr. 


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).