Un déficit de 2,6% en 2017 : comment l'interpréter ?

4 %
Les recettes budgétaires ont augmenté de 4 % en 2017.

Les prévisions budgétaires laissaient entendre un fragile, 2,9% voire 2,8% au mieux. Considérations sur une fin de mandat et après des réserves économiques, les pronostics gouvernementaux n’étaient pas favorables.

A la fin 2017 avant la fermetures des comptes, le seul objectif gouvernemental était d’annoncer que le déficit de la France allait se retrouver sous la barre des 3%. C’est « chose » faite avec un résultat de 2,6% inespéré. Mais comment l’interpréter et quelles perspectives pour 2018 ? Ces annonces entrent à la fois dans un cadre technique et politique.

Des appréciations contrastées…

L’annonce d’un résultat de 2,6% suscite des points de vue contrastés. Beaucoup d’entre nous ne peuvent qu’être satisfaits de constater que les performances budgétaires de la France en 2017 ont été meilleures que prévues. Un tel résultat était inattendu. Avec un résultat de 2,6%, c’est la confirmation du retour sous la « fameuse » barre » des 3%, transgressée depuis 10 ans. En un an, le déficit a diminué de 0,8%. Si le résultat est satisfaisant pour les politiques et les économistes, d’autres points de vue sont plus réservés sur la façon dont il a été obtenu.

Obtenir une réduction du déficit ne signifie pas que la dette diminue. Celle-ci se situe fin 2017 à 97% du PIB (Insee), au sens de Maastricht. La règle des 3%, qui date de 1992, n’est qu’un indicateur. Jamais revue, elle est tout à fait discutable, d’autant que le comparatif avec les Etats de l’Union européenne (UE) n’a pas de sens surtout avec l’élargissement. N’oublions pas que plus de 5 pays sont de véritables « paradis fiscaux » dans l’Union.

Comment peut-on expliquer la réduction du déficit ?

Autre point essentiel, il y a différentes façons de diminuer le déficit. Soit les dépenses sont réduites, soit les recettes augmentent. Non les dépenses n’ont pas été diminuées. Ceci est d’autant plus vrai que les prélèvements obligatoires ont encore augmenté en 2017 45,4% par rapport à 44,4% en 2016 !

Dans le cas précis, force est de constater qu’à la fois les dépenses ont augmenté (+2,5%) et les recettes aussi (+4%). Ce résultat peut-il être apprécié à sa juste valeur ? La croissance a été supérieure aux prévisions. L’Insee parle de 2% pour 2017. Comment l’expliquer ? Apparemment, l’investissement des entreprises est de 4,3% contre 3,6% de 2016, idem pour les ménages avec 5,1% contre 2,4%, tandis que les dépenses de consommation, biens et services, n’ont progressé que de 1,3%.

Quelles perspectives pour 2018 ?

Doit-on considérer que la situation est assez meilleure pour espérer une année 2018 sans problème ? Rien n’est moins sûr. Déjà les perspectives de croissance pour 2018 sont discutées et discutables. Un taux de croissance de 0,4% pour les deux premiers trimestres est plus faible qu’attendu, soit 0,8% fin-juin.

Si les exportations françaises ont significativement progressé en 2017 de 3,5% contre 1,9% en 2016, on ne peut que constater que les importations à l’inverse ont aussi augmenté de manière importante de 4,3% contre 4,2% en 2016. Alors, le solde total commercial français est toujours négatif, même si l’écart a légèrement baissé.

Si l’Insee peut estimer le taux de croissance pour les deux premiers trimestres en 2018, il sera difficile d’aller plus loin, sans risque. Ceci est d’autant plus vrai que le chômage est non maîtrisé et reste un handicap important pour l’économie. Les prévisions ne parlent que d’un léger recul à 9,4% mi-2018 contre 9,7% fin-2017.


A découvrir

Jacques Martineau

Après un long parcours scientifique, en France et outre-Atlantique, Jacques Martineau occupe de multiples responsabilités opérationnelles au CEA/DAM. Il devient DRH dans un grand groupe informatique pendant 3 ans, avant de prendre ensuite la tête d'un organisme important de rapprochement recherche-entreprise en liaison avec le CNRS, le CEA et des grands groupes du secteur privé. Fondateur du Club Espace 21, il s'est intéressé aux problèmes de l'emploi avec différents entrepreneurs, industriels, syndicalistes et hommes politiques au plus haut niveau sur la libération de l'accès à l'activité pour tous. Il reçoit les insignes de chevalier de l'Ordre National du Mérite et pour l'ensemble de sa carrière, le ministère de la recherche le fera chevalier de la Légion d'Honneur.