Heures supplémentaires : le PS à Canossa

En 2010, une enquête DARES montrait que pour 52% des entreprises, les
heures supplémentaires avaient remplacé l'intérim.

Incroyable revirement parmi les troupes socialistes : certains députés se rendent compte des dégâts électoraux causés par la refiscalisation des heures supplémentaires décidée par le gouvernement Ayrault dès son arrivée.

Qu'on ne s'y trompe pas : il ne s'agit pas d'une conversion idéologique. Les socialistes demeurent toujours opposés à la valeur travail qu'ils conçoivent depuis longtemps comme une simple variable d'ajustement de la croissance.

En réalité, ils ne peuvent que constater les dégâts occasionnés par cette mesure purement idéologique

La refiscalisation a raréfié le recours aux heures supplémentaires dans les entreprises, ces dernières préférant avoir recours à l'intérim ; Cette baisse du recours aux heures supplémentaires a gravement amputé le pouvoir d'achat des salariés modestes. Plus de 9 millions de salariés avaient pu profiter de la défiscalisation pour des compléments de salaires allant jusqu'à 100 euros par mois ; Enfin, la baisse des heures supplémentaires n'a créé aucun emploi, contrairement aux promesses de campagne du candidat Hollande. C'était méconnaître totalement le fonctionnement des entreprises que de le croire ! 

Cette mesure inepte a au contraire provoqué de nombreuses destructions d'emploi dues à une baisse du pouvoir d'achat en 2012 qui a entraîné un recul de la consommation et de la croissance.

Une fois de plus, les socialistes ont joué aux apprentis sorciers. Le chœur des pleureuses, qui réclame aujourd'hui le retour à la défiscalisation a un caractère pathétique : combien de salariés modestes depuis un an, souffrent de cette mesure dans leur vie quotidienne ?

Le PS n'en a cure : devenu un parti de notables et d'apparatchiks, il prouve une fois de plus qu'il a rompu avec le peuple.


A découvrir