Dépannage à domicile : les plaintes ont augmenté de 7% en 2017

54 %
54% des entreprises spécialisées dans le dépannage à domicile ont été
sanctionnées l?an dernier.

Les escrocs qui profitent de la détresse des personnes ayant besoin d’être dépannés sont passés maîtres dans l’art de l’arnaque. Ces activités frauduleuses prolifèrent malgré les plaintes et les sanctions.

L’an dernier, la Direction de la répression des fraudes (DGCCRF) a infligé des sanctions à plus d’une entreprise spécialisée dans le dépannage sur deux. 54% pour être précis, un chiffre ahurissant qui montre bien à quel point ces arnaques sont florissantes. Les plaintes contre les artisans plombiers, serruriers et chauffagistes indélicats ont augmenté de 7% en 2017, relève la DGCCRF. Loïc Tanguy, le directeur de cabinet à la répression des fraudes, explique à RTL le mode opératoire : « Ces escrocs profitent de votre vulnérabilité quand vous êtes bloqués devant votre porte à minuit, quand vous avez une fuite d'eau chez vous, quand vous êtes paniqués et dans l'urgence ».

Une ouverture de porte à 7 000 euros

Difficile, dans ces conditions, de renvoyer l’artisan qui savent tirer profit de la situation. Les arnaqueurs vont retarder le plus possible l’annonce du prix de la réparation, et d’ajouter à la prestation des interventions qui ne sont pas nécessaires. Résultat : « Dans certains cas, pour de simples ouvertures de portes, on peut avoir des factures allant jusqu'à 6.000 ou 7.000 euros » ! La législation interdit la distribution de prospectus de ces entreprises, et pourtant ils ne cessent d’encombrer les boîtes aux lettres. La DGCCRF a infligé 430 000 euros d’amende à 14 entreprises qui distribuaient ces prospectus.

L’Ile-de-France particulièrement touchée

En tout, la Direction de la répression des fraudes a dressé 138 procès-verbaux l’an dernier, et pas loin de 200 avertissements. C’est en Ile-de-France que les sanctions sont les plus nombreuses, avec deux tiers des PV et 177 avertissements.


A découvrir